lienlien
Navigation
Rp's libres
Rencontrer la meute [ft. Kuragari] (par Wistala)

Une petite marche dans le désert quoi de mieux pour se refaire une santé [ft. All] (par Léatrice)

L'aurore boréale [ft. All] (par Vénus)

Cueillette hivernale [ft. Kuragari] (par Zenaïs)

Marche tranquille [ft. All] (par Zaliha)

Qui je peux embêter moi ? [ft. Kuragari] (par Yrkasi)

L'eclipse [ft. Hikari] (par Chenoa)

Hunter game [ft. All] (par Corpus)

Seul sans vraiment l'être [ft. All] (par Nehëmah)





 

Sans peur [PV - Corpus Deal]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Sans peur [PV - Corpus Deal] Jeu 22 Fév - 20:29

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

A la découverte du monde, j’avance à travers les herbes hautes. Restant proche de la tanière, mère n’était jamais loin de nous. Elle nous surveillait, on était comme des trésors, brillant sous le soleil que les oiseaux protégeaient. Je n’aimais pas vivre serré contre les autres, marchant sur les herbes faibles, je montrais ma grandeur aux insectes qui courrait sur le sol poussiéreux. Tout n’était que faiblesse et poussière. Ce petit corps, avait du mal à s’éloigner de sa famille, surtout de mère. Père était parti chasser, la chose qui me servait de frère était avec Requiem, j’étais seule, seule fasse au danger qui pouvait me détruire en quelques secondes, pourtant, je n’avais pas peur. Continuant mon avançait, j’explorer ce monde immense et mystérieux. Tout ceci n’était que le début, car un jour, je pourrais m’éloigner plus de mère.

Tout ce qui se trouvait autour de moi était nouveau, mais j’apprenais vite. Les odeurs se mélangeaient, je n’avais pas encore la capacité de tout distinguer. Je reniflais, pourtant une odeur était plus forte que les autres. Obéissant celle qui m’avait donné la vie, je ne bougeais pas de la limite, telle était la volonté de ma maîtresse. La chose puante, avança à travers les fougères. Une chose grande, mais plus petits que mère et père. Un truc puant et mince comme les brindilles qui jonchait le sol. Je ne bougeais toujours pas et faisais comme si je ne l’avais pas vu, même si sa forte odeur prouvait le contraire. Mère avait sûrement dû le sentir, s’il essayait de m’attaquer, elle le tuerait et je lécherais son sang avec plaisir.

Tout proche, je sentais son haleine, il était à quelques mètres, mais l’odeur de ses crocs parsemé le sol pour remonter jusque dans mes naseaux et me retourner le cœur. Je n’avais jamais rien sentit d’aussi horrible, après tout cela faisait que quelque jour que j’avais commencé ma vie.
© Codage par Zagan.




Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Ven 23 Fév - 18:10
Au cours du temps, dès la fin de la Renaissance, et plus encore par la suite, l’expérience critique de la folie l’emporte aux dépens de l’expérience tragique. La psychiatrie, la philosophie, la morale et bien d’autres disciplines rationnelles et raisonnables réduisent la folie à un objet d’étude dépourvu de toute puissance chaotique.


Lève-toi maigre chose. Lève-toi et marche. Il faut que tu marches, il faut que tu accomplisses ma volonté. C'est un ordre.
Une fleur meurt, tandis que de l'herbe s'aplatit sous les pas d'une machine de guerre. Un lièvre qui passait par là s'enfuit brutalement à la vue de la gueule béante. Un cri se fit entendre, un craquement ainsi qu'un rire sinistre lorsque la gueule béante s'abattit sur ce dernier. La bestiole, morte sur le coup, se fit déchiqueter rapidement, tandis que son corps allait de droite à gauche avec joie. Le lièvre se faisait malmener avec déchirure. Il était mort, mais son âme se faisait souillée par la haine. Finalement, le petit corps inerte atterrit rapidement sur le sol, du sang souillant l'herbe et la machine de guerre disparut comme si de rien était. Il n'avait pas faim. Ce lièvre n'était rien d'autre qu'un jeu. Il n'était qu'un jouet parmi tant d'autre. Soudain, un autre craquement se fit entendre, ainsi qu'un couinement. Bientôt on put distinguer le corps d'un marcassin se faire secouer, comme le lièvre, de droite à gauche. Sauf que ce marcassin avait une différence avec le lièvre : il était encore vivant et en plus de ça, il était éviscéré. On pouvait distinguer ses entrailles entacher la forêt. Finalement, le monstre lâcha le marcassin, rigola en voyant son agonie et disparut dans les buissons. Il n'avait réellement pas faim. Il n'avait jamais faim, en réalité.
Soudain, la machine de guerre releva son museau vers le ciel : une odeur. Il venait de sentir une douce odeur. Une délicate odeur d'enfant, de chose pure qui venait d'apparaître dans ce bas monde. Un grand rire éclata tandis qu'il prit le "trot". Il laissa son museau renifler le sol, ses babines ouvertes pour laisser l'odeur imprégner son cerveau. Il la suivit avec volonté, sachant qu'il la retrouverait bien rapidement. C'était une femelle, il en était convaincu. Tant mieux : les petites sont plus faciles à manipuler, mais surtout manier que les petits. Il n'avait d'ailleurs jamais tuer de petites. Les voix ne le lui avaient encore jamais ordonné, bizarrement. Finalement, il s'arrêta ; se rendant compte que la petite chose était tout près. Il releva le nez et son regard se posa alors sur la louvette. Magnifique. Réellement magnifique. Alors sans hésiter, il sortit de derrière le buisson, montrant son corps famélique ainsi que ses crocs jaunis. Là, il se mit à lui tourner autour, doucement, délicatement, sans la toucher.
" Bonjour gamine. Tu es toute seule ? Tu as l'air toute jeune, pourtant. "
Il eut alors un grand rire, laissant l'odeur pestilentielle de sa gueule sortir. Il assumait son physique : il l'avait toujours assumer en réalité. Il savait qu'il était hideux physiquement, il savait qu'il paraissait vieillard, mais ne dit-on pas que les apparences sont trompeuses ? Finalement, il arrêta son cercle et se mit en face de la petite, lui souriant avec une malice malsaine. On pourrait croire qu'il allait la tuer, la briser ou la violer, mais non, ce n'était pas ce qu'il désirait. Il voulait qu'on se souvienne de lui comme la machine de Dieu, comme sa propre main.


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Ven 23 Fév - 20:00

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

La chose me tournait autour comme si j’étais une simple chose que l’on pouvait anéantir d’un coup de mâchoire. Cela était vrai, mais je n’avais pas vraiment peur, est-ce que je tenais ça de mère ? Sûrement, père était trop calme pour être ainsi. Je le laissais faire, même si je dépendais de la protection de mère pour survivre jusqu’à ce que je grandisse. Je devais accepter cet état de faible en attendant de pouvoir me défendre toute seule.

« Bonjour gamine. Tu es toute seule ? Tu as l'air toute jeune, pourtant. »

Son haleine était répugnante, pire que celle de Naraka, le truc qui me servait de frère. Son rire était tout aussi hideux que son corps et son odeur. Tout allait ensemble en fait, tout était pourri. Je continuais à lui parler sans aucune peur dans le corps, je savais qu’elle était proche et bondirait au moindre problème, mais cette chose hideuse et repoussante ne risquait pas de me faire du mal, du moins s’il avait un minimum d’intelligence.

« Bonjour… Non, je ne suis pas seule puisque tu es là… Au moins tu as de bons yeux. »

Peut-être que j’étais trop moi avec lui, après tout, je ne le connaissais pas, mais bon, mère n’était pas loin avec Naraka et Requiem alors je m’en fichais. Père devait être quelque part, ce qui était sûr, c’était que si le moche m’avait senti, mère l’avait repéré aussi, il ne passait pas vraiment inaperçus avec cette odeur horrible qui me donnait mal au cœur. Je devais résister, mais mon corps était faible et bientôt, je ne pourrais plus tenir dans cette position, je serais obligée de m’éloigner pour ne pas vomir sur le moche. En plus, il posait des questions nul qui ne servait à rien, c’était stupide…
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Mar 27 Fév - 1:21
- Je connais des tas d'insultes et j'aime mettre des claques aux gens. Je pourrais devenir videuse dans une boîte de nuit !


Cette enfant était complètement différente de toutes celles qu'il avait pu rencontrer durant sa vie. Oh bien sûr, physiquement, ils se ressemblaient tous : ils étaient petits, ne cessaient de geindre, ne cessaient de pleurer pour un rien. Mais ils avaient aussi un point commun : leur coeur. Ils avaient tous le coeurs purs, ainsi que la voix véridique. Ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Mais comme dit précédemment, cette enfant était différente. Elle n'était pas pure. Et pourtant, on aurait pu le croire sachant qu'elle vient juste de naître, sachant qu'elle a encore l'odeur de la naissance sur le pelage. Il pouvait encore distinguer quelques traces ensanglantées, du à la percée du placenta, mais elle puait la mort. Elle lui ressemblait. Ils avaient cela en commun, tous les deux : la mort. Elle ne cessait de rôder, dans les environs, c'était une évidence, mais parfois il lui arrivait de laisser une emprunte indélébile sur des individus. Vous savez, cette emprunte qui vous empêche de sourire ... Cette emprunte qui vous enlève toute envie de vivre, mais aussi de vous satisfaire pleinement des choses simples. Oh bien sûr, on aurait pu croire qu'un nouveau né sourirait à la vie, quoiqu'il advienne, mais elle non. Elle, elle avait comme grandit d'un coup. Elle était adulte, avant même d'en avoir le corps. A la réplique de la petite, le petit gris eut un grand rire. Un rire sinistre qui représentait parfaitement sa personnalité. Il n'avait pas besoin de se décrire qu'on lisait en lui.
" Ta maman ne t'a jamais apprit à respecter tes aînés gamine ? " dit-il en s'approchant de nouveau d'elle. " Tu me sembles un peu loin de ton lit douillet. Tu ne crois pas qu'il serait temps de rentrer, à défaut de rencontrer des monstres ? "
Car le gris était réaliste. Il savait parfaitement qu'il n'était pas un saint et qu'il n'était pas beau non plus. Depuis sa plus tendre enfance, voire même sa naissance, il n'avait été que le vilain canard de la portée. Mais à contrario de la fable, il était devenu encore plus hideux, ne se transformant non pas en cygne mais plutôt en crapaud. Son haleine venait du fait qu'il ne se nourrissait plus, ou presque plus, depuis quelques années maintenant. Sa maigreur aussi. D'ailleurs, parfois, il se demandait pourquoi il n'était pas déjà mort, puis sa conscience revenait lui donner une raison : les voix. Elles avaient toujours été là, au final. Depuis le jour où il comprenait le langage de ses congénères, il les avait entendu. Il avait entendu leur litanie, leur chant mortuaire et n'avait fait que les suivre. Puis cette prison avait fini par les faire taire, le rendant encore plus fou qu'il ne l'était. Mais heureusement ... Elles étaient revenues. Elles étaient revenues vers lui, en courant et tendant les bras. Il avait accepté volontiers leur étreinte, se laissant complètement aller à la folie. Une douleur dans son estomac le fit grogner, tandis qu'il tapait son ventre de sa patte avant. Sa faim ne devait se réveiller : pas maintenant, pas devant cette foutue gamine.
Finalement, voyant la moue de la louvette, il se recula. Non pas de respect, mais simplement car il n'aimait pas la proximité. Il n'avait jamais aimé le contact avec ses congénères en réalité. Même sa famille, il l'avait évité un bout de temps avant d'accepter les câlins. Et encore, quand je dis câlins : ils duraient pas plus d'une minute, avant qu'il ne morde. Soudain, un frémissement, un bruit. Il se retourna plus vite qu'il ne l'aurait pensé, lui donnant un vertige, et il posa son regard sur une colombe posée non loin. Alors sans hésiter une seule seconde, il courut vers elle et la chopa en plein vol. Là, il cassa son cou en une fermeture de mâchoire. Il lui mangea seulement la tête, ce qui lui donna des hauts le coeur, pour ensuite jeter le corps plus loin, comme un simple déchet. Il ne respectait rien et il l'assumait pleinement. Une lèche sur ses babines puis il revint enfin près de la louvette, la gueule entrouverte. Odeur pestilentielle, de retour.


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Mer 28 Fév - 20:04

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

L’air chaud entrait dans mes poumons, gonflant mon poitrail jusqu’à ce qu’il atteigne sa limite. Le soleil chauffait mon pelage noir, créant des reflets bruns, presque roux. Forçant mes yeux à rester ouvert, je forgeais mon futur. La souffrance actuelle n’était rien, rien qu’une épine enfouit au fond de mes coussinets. Durant ma croissance, cette épine ne fera que grossir jusqu’à ce je domine le monde. Surmontés, les épreuves, chaque obstacle était un défi que la vie m’imposait. Jamais faible, je ne fléchirais pas devant les autres. La peur ne devait pas exister, cela devait être la peur qui s’incline devant moi ! Prenant une assurance surprenante pour mon âge, je tenais tête à la chose immonde. Rien qu’un grain de poussière et pourtant, c’était le vent qui monde qui tournait autour de moi.

« Ta maman ne t'a jamais apprit à respecter tes aînés gamine. Tu me sembles un peu loin de ton lit douillet. Tu ne crois pas qu'il serait temps de rentrer, à défaut de rencontrer des monstres ? »

Son odeur, son corps, ses crocs, tout me répugnait, absolument tout. Il n’avait aucune grâce dans ses gestes, aucune élégance dans ses paroles qui puait la mort. Ce n’était pas moi, mais lui qui risquait de mourir de peur. Ma maman ? Mère était protectrice avec nous, elle ne désirait pas qu’on aille trop loin, la mort devenait de plus en plus grande à chaque centimètre que l’on parcourait. On était faible, trop faible, si la mort devait venir, c’était ce que ma vie devait devenir. Celle qui m’avait donné vie avait un contrôle absolu sur mon corps, sur mes pensées, sur ma vie, j’étais sa chose, la chose qu’elle utiliserait pour accomplir ses méfaits. Bien qu’elle restât avec nous dans la chose qui nous servait de chez nous, je n’aimais pas tout cet amour, toutes ses choses qui remplisse le cœur de bonheur, seule Requiem arrivait à me rendre tout chose. En dehors de la tanière, loin de Requiem, je n’étais rien, rien qu’un stupide pion qui attendait les ordres de sa reine.

Je fermais un instant, juste quelques secondes mes paupières. En un battement de cils, c’est comme si ma vie avait changé, comme si j’avais compris le but de ma vie. Je n’étais qu’une esclave en attente de mon corps adulte. Sans l’ombre d’un sourire, j’ouvris la gueule.

« Ce n’est pas toi le monstre ici, tu n’es rien, comme moi. Nous ne sommes que poussière devant mère, de son souffle elle nous tuerait si elle le désirait. Je n’ai pas peur de toi, je ne dois pas, je n’ai pas le droit. »

Mes paroles étaient froides, sans aucun sentiment, je ne connaissais pas toutes ses choses qui faisait vivre les autres. Je ne comprenais pas pourquoi on perdait notre temps à aimer, pourtant mon cœur chavirait devant ma sœur, il devenait plus léger que l’air. Loin d’elle je redevais une entité sans vie au milieu de ce désert qui n’attendait que ma mort.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Sam 3 Mar - 19:37
Il cavale de plus belle, s’il doit mourir, il préfère ne pas le voir venir. Il ne regarde ni à gauche ni à droite, ne prête pas attention aux corps qui sortent des maisons. Il court et court, ressort de la ruelle, débouche dans un petit square où se dresse une grande forme sombre.


Délicatement, le soleil voulait tenter de recouvrir son corps difforme. Mais il ne le sentait. Il ne sentait pas du tout la chaleur entrant dans ses poils, ainsi que le petit vent qui se levait. Depuis tout petit, il n'avait jamais réellement fait attention à l'environnement qui pouvait l'entourer. Sa mère le lui avait reproché souvent, d'ailleurs. Elle lui avait même croqué le corps à chaque fois qu'il ignorait son environnement. Car, je vais vous en parler de sa mère, un petit peu. Sa mère était une louve, comme les autres : cependant, elle avait une différence. Elle était une mercenaire. Et en étant mercenaire, elle avait apprit à apprécier ce qui pouvait arriver. Tout simplement, car en ayant côtoyé la mort, il fallait absolument apprendre à apprécier la vie qui nous entourait. Alors oui, en mettant au monde des louveteaux, elle avait prit connaissance de la vie et la mort. Elle s'était rendue compte que la vie était précieuse, mais qu'elle avait surtout une magnifique couleur qu'elle ne connaissait pas. Alors non, elle refusait que son louveteau n'apprécie pas l'environnement. Elle refusait qu'il ne profite pas du climat, du lieu où il vivait. Mais au jour d'aujourd'hui, Corpus était âgé de cinq ans et donc il pouvait faire ce qu'il voulait. C'est sans doute pour cette raison qu'il se refusait à apprécier le lieu où il était, ainsi que le soleil. Car il savait parfaitement qu'en y prenant le temps, il se laisserait avoir par la Mort et ça, il ne le voulait pas.
Délicatement, il s'assit sur son derrière face à la louvette. Ouais, il se croyait réellement chez lui. Mais en étant un habitant de la Terre, cette planète n'était pas sa véritable maison. Cette planète n'était pas son chez-soi ? Evidemment. C'est pour cette raison qu'il faisait ce qu'il voulait ici : il tuait ce qu'il voulait, il laissait autant de dépouilles qu'il le désirait mais surtout il détruisait ce qu'il désirait. Car soyons francs, Corpus est un loup né de la construction, mais il a été élevé dans la destruction. Alors, il considère qu'il devait absolument cultiver cette destruction. Soudain, il eut un profond rire lorsqu'il entendit les paroles de Xilven. Cette louvette ne comprenait absolument rien, mais vraiment rien du tout.
" Je ne te demande pas d'avoir peur de moi, seulement me respecter. Tu me dois le respect. " dit-il en se relevant et plongeant son regard dans le sien. " Ta mère ne me fais pas peur. Si je dois mourir, tant mieux, mais elle me suivra crois-moi. "
Elle ne le connaissait pas. Elle ne savait rien de lui. Mais que sa mère le touche, qu'elle vienne le tuer, il accepterait volontiers car il savait que la louve le suivrait. En le touchant, en voulant le tuer, elle serait contaminée et mourrait dans d'atroces souffrances. De toute façon, n'importe quel loup apte à en juger, le verrait : on ne peut tuer Corpus sans craindre de mourir de suite. Car on pouvait distinguer son cou légèrement boursouflé, ainsi que sa maigreur à faire peur : oui, il était malade, c'était une évidence pour tous.


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Sam 3 Mar - 20:21

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

Les mots du moche ne sonnaient pas comme des mots, c’était autre chose que des mots. Je ne désirais pas le croire, mais je n’avais pas peur de lui non plus. Je ne voulais pas croire que mère risquerait de mourir de cette chose répugnante. Non, elle était trop puissante, mère était ma reine, celle qui guiderait mes pattes vers mon destin. Je pouvais le laisser dire ces choses. Le respecter ? Connaissait-il vraiment la définition de ce mot ? En si peut de jour, j’avais appris ce qu’était le respect avec père. C’était assez compliqué, mais j’avais réussi à comprendre le sens de ce mot.

Il était assis, trop près de moi, son odeur venait pénétrer mes narines, et cela me dégoûtais, mais j’étais forte, pour plus très longtemps, mais je tiendrais autant que je le pourrais.

« En quel honneur ? Tu ne respectes pas mère non plus… »

J’inclinais la tête comme tout louveteaux qui ne comprenait pas vraiment ce que les grands disaient, je n’aimais pas cette manière de faire les choses, je trouvais cela stupide. Mais par moment cela pouvait être pratique. Père disait que j’étais différente, que j’arrivais à jouer avec les autres, à les manipuler, à toucher leur point sensible. J’aimais jouer avec les autres, cela était amusant de tirer sur chacune de leur ficelle. J’étais assise en face de lui, le regardant les yeux dans les yeux. Jusqu’au bout, je tiendrais, je gravais son visage, son corps, son odeur dans ma petite tête. Peut-être qu’au final on était pas vraiment différent, lui il était moche et moi je ressemblais a un vrai loup.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Dim 4 Mar - 17:10
Le problème avec le désir de perfection, c'est qu'à un moment donné on croit que la souffrance est normale.


Cette petite était totalement irrespectueuse au possible. Réellement. Elle se croyait plus forte que lui, plus digne que lui de vivre sur cette planète ? Mais savait-elle seulement à qui elle s'adressait ? Savait-elle réellement à quel loup elle parlait ? J'ai un doute. Car même s'il ne se souvient de rien, il reste tout de même un loup ayant vécu des années dans une prison. Une prison où il perdit la raison, où il perdit toute once d'humanité. Il était devenu la marionnette d'une louve, une louve sombre qui pourtant était complètement banale. Elle lui ordonnait de ramener une âme ? Il le faisait. Elle lui ordonnait de lui ramener à manger ? Il le faisait. Elle pourrait même lui ordonner de se pendre qu'il le ferait sans aucune hésitation. Il était né avec des voix dans sa tête, des voix célestes il en était convaincu, mais en entrant dans cette prison les voix ont disparues. Alors oui, il était devenu fou à cause de cela, tout cela l'avait détruit bien plus qu'il ne l'avait jamais été. Tous les soirs, là-bas, il hurlait à la lune pour on ne sait quelle raison. Là-bas, en prison, il se bouffait le corps pour on ne sait quelle raison. Connaissez-vous les martyres de Rome ? Il était exactement comme eux. On avait imaginé qu'il était sorcier alors on l'avait enfermé, comme on brûlait les rousses. Il avait souffert mais il avait accepté cette souffrance comme unique rédemption. Maintenant qu'il avait retrouvé les voix, il redeviendrait celui qu'il a toujours été, c'était évident.
Son regard se plongea dans celui de la louvette, gardant toujours ce sourire condescendant aux lèvres. Alors sa mère le tuerait ? Il ne respectait pas sa mère ? En même temps, comment voulez-vous qu'il respecte quelqu'un qu'il ne connaissait pas ? Mais surtout qu'il ne voyait pas ? C'était juste tout bonnement impossible. Il ne pouvait respecter quelqu'un qu'il ne voyait pas. Les seules personnes qu'il respectait sans les voir étaient les voix qu'il avait dans la tête. Finalement, il se leva, se secoua pour évacuer la poussière et ouvrit la bouche, une énième fois.
" Comment veux-tu que je respecte quelqu'un que je ne vois pas, petite ? "
En fait, depuis sa plus tendre enfance, Corpus n'a jamais réellement respecté les gens qui pouvaient l'entourer. Que ce soit sa mère, son père ou même ses frères et soeurs il n'avait jamais accepté de les respecter. Ils ne méritaient pas son respect. Ils l'avaient laissé seul avec sa maladie, avec sa maigreur mais surtout ils le bousculaient à chaque fois qu'il voulait téter. Alors, non, il ne les respectait pas. Ils ne le respectaient pas, alors il ne trouvait aucun intérêt à le faire lui-même.


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Dim 4 Mar - 18:09

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

« Comment veux-tu que je respecte quelqu'un que je ne vois pas, petite ? »

Je devais vraiment arrêter de lui parler à la chose, il puait vraiment trop. Je ne pouvais plus le supporter, mes poumons criait de toute leur force de l’air pur !. Je me lever, telle une faible, une misérable pour m’éloigner de cette chose. J’étais nulle, je ne servais à rien pour le moment, mais mère devait être honorée par tous ceux qui croiseraient mon chemin. Elle était la parole divine, celle qui réduira tout le monde à l’esclavage. Lui y comprit, il ne ferait pas exception, ce ne serait pas une grosse perte, tout comme Naraka.

Assez loin de lui, je le voyais sourire, un sourire qui voulait dire beaucoup de chose, des choses qui aurait pu traumatiser d’autre petits, mais pas moi. Je le regardais, yeux dans les yeux. L’air était potable où j’étais, j’en profité avant qu’il ne revienne encore trop près pour me faire sentir son haleine de chacal. Il était horrible en tout point, mais cela, je m’en fichais, il avait un quelque chose que je ressentais au fond de moi. Un besoin que je n’eusse pas encore découvert, je ne vivais que pour mère, que pour ma reine.

« C’est un principe. Mais tu ne dois pas connaître. »

Avais-je raison de réagir ainsi ? Je ne savais pas, j’avais tellement de choses à apprendre. J’étais jeune, ma vie ne se résumait à rien, juste à de la poussière, la poussière du désert. Pourtant, mes oreilles restaient droites, mon corps ne tremblait pas, j’avais confiance, la peur ne se lisait pas sur mes pupilles, j’étais sereine. Je ne pensais à rien, ni la mort, ni la vie. Ce qui devait m’arriver arrivera, je n’avais aucun regret. Mère restera pour toujours ma reine et tous lui devait obéissance, même cette chose puante et repoussante. Je n’avais peut-être pas de crocs suffisamment épuisé, mais un jour, je le retrouverais et lui ferais regretté de ne pas avoir respecté mère.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Lun 5 Mar - 23:28
Les lions domptent les léopards...oui, mais n'effacent pas leur taches. La volonté toute seule ne suffisait pas à rendre Rose courageuse, Bean honnête et Cordy raisonnable. N'en étions-nous pas la preuve vivante, triste sororité liée tout autant par nos échecs que par nos espoirs ?


En fait, plus le temps passait, plus le loup se rendait compte à quel point cette louvette était inintéressante. Elle se prenait pour ce qu'elle n'était pas. Elle se prenait pour une louve invulnérable, pour un être parfaitement protégé par sa génitrice, mais c'était faux. Connaissait-elle un millième de la vie qu'elle arborait actuellement ? Connaissait-elle les dangers que la Nature lui réserve ? J'ai un doute. Mais ce dont je suis certaine, c'est qu'elle n'avait peur de rien. Ou tout du moins, elle ne connaissait pas encore la mort ni la peur. Un jour, elle la connaîtrait et se demanderait ce qu'elle a bien pu oublier d'apprendre, ce qu'elle a bien pu louper. Bien entendu, elle n'était pas plus âgée qu'un oiseau sorti de l'oeuf, mais sa mère ne lui a-t-elle pas indiqué que la Nature était dangereuse ? Ne lui a-t-elle pas dit que les adultes étaient affreux entre eux ? Après vous me direz, en l'observant, le moche s'était vite rendu compte que cette petite était complètement inconsciente. Ou débile. Au choix. En fait, les gamins étaient difficiles à cerner en vérité. Vous ne saviez jamais s'ils étaient un minimum intelligents et agissaient avec inconscience, ou s'ils étaient profondément débiles et ne connaissaient pas le danger naturel de la vie. A voir. C'est sans doute pour cette raison qu'il haïssait autant les gamins. Ils étaient incernables, mais surtout insupportables.
Le Moche regarda la petite s'éloignait de lui, avec un petit sourire mesquin sur les lèvres. Il appréciait réellement l'effet qu'il pouvait avoir sur ses congénères. Il connaissait son odeur corporelle - même si avec le temps il s'y était habitué - et savait au quel point elle était insupportable. Il aurait pu se laver, mais rien à faire, il appréciait être ainsi : ça marquait sa différence face aux autres. Cette odeur était presque vitale pour lui en réalité. A tel point que quand il avait l'impression de sentir bon, il fallait qu'il se roule dans la fiente de cerf ou dans une charogne quelconque. Il aimait faire fuir les autres, tout simplement car ainsi on le laissait tranquille. Finalement, il resta à sa place, sans rien dire. Elle voulait s'éloigner ? Grand bien lui fasse. Il n'allait pas pleurer son éloignement, bien au contraire. A sa phrase, il eut un grand rire.
" A ton âge, je ne parlerai pas de principes selon moi : seulement d'une habitude que ma gentille maman m'a donné. " dit-il en sifflant.
Les principes, il connaissait. Il n'en avait que très peu malheureusement, mais il en possédait tout de même certains. Comme le viol : il n'oserait jamais monter une louve sans son consentement. Il y avait aussi le meurtre par lâcheté : il aimait tuer, mais ce qu'il ne supportait pas c'est les loups qui tuaient par derrière. Ces traîtres qui exécutaient leurs congénères d'une morsure venu de nulle part. Pour lui, ils n'étaient que des lâches ou des couilles-molles. Ils avaient peur du combat alors ils attaquaient par derrière, tout simplement. Il y avait aussi l'infidélité. Malgré qu'il n'ait jamais été en couple, il ne supportait pas la tromperie ni l'infidélité. Pour lui, si tu n'aimes plus une personne, tu le tues ou le quittes plutôt que le tromper. C'est faire souffrir pour rien. Une inutilité totale. Et enfin, le dernier principe mais pas des moindres : l'avortement. Il ne supportait pas cela. Une louve devrait porter ses petits sans avorter ou faire une fausse couche. Pour lui, c'était une louve indigne sinon.


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Ven 9 Mar - 21:02

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

J’écoutais le moche, je regardais le sable blanc qui dansait sous l’effet du vent. Si jeune et pourtant si mature. Je ne ressentais rien, je n’étais pas fascinée par la vie et ce qui m’entourait. Peut-être qu’au fond, j’étais comme lui, où alors comme quelqu’un d’autre. Mais le monde tournait encore, le sable du désert recouvrait les rochers pour ensuite les exposer au soleil brûlant de notre monde. Un monde qui ne faiblira jamais, qui nous protégera jusqu’à la fin.

Assise, je le regardais, je l’écoutais, sa voix pénétrait dans mes oreilles douces comme le velours. Peut-être qu’au fond, il avait raison, mais je ne devais faire confiance qu’à mère, elle était la seule qui avait le droit de me dire quoi faire, la seule qui me protégerait. Je n’avais pas peur parce que je savais qu’elle était proche, je n’avais pas peur parce que j’étais jeune et insouciante. Je ne devais pas avoir autant confiance à celle qui m’avait donné vie, pourtant, c’était ce que je faisais. J’étais pitoyable, mais on l’était tous au commencement, enfin, c’est ce que je supposais. Mon sang circulait toujours dans mon corps, je ne pouvais qu’en déduire qu’il me restait peut-être une chance de survivre.

La fatigue commençait à se lire sur les traits de mon visage, après tout, j’étais qu’une louvette, j’avais vu le jour, il y avait peu de temps. L’odeur du sang de mère était encore présente sur mon pelage noir. Je me retenais de bâiller, mais il avait sûrement remarqué ma détresse. Je n’étais qu’une faible chose qui avait besoin du cocon familial. Rien que de la poussière. Le monde pouvait exploser que rien ne pourrait l’arrêter, même la puanteur du mâle qui était tout proche. Je fermais mes paupières quelques seconde avant de les rouvrir, plus sur du moi que jamais.

« Un jour, on se reverra, et je pense qu’on se comprendra mieux. Je ne comprends pas tout ce que tu dis, mais un jour nous parlerons le même langage. »

Il était supérieur à moi, je devais l’admettre, mais mère était ma seule reine, pour cette raison, j’inclinais juste la tête pour lui montrer que j’abandonnais toute explication. Après tout, il en savait bien plus que moi sur la vie, je ne pouvais pas me mettre quelqu’un sur le doit, alors que ma vie n’avait pas encore commencé. Mais cette chose immonde ne m’apprendrait pas autant de chose que mère, elle était celle que je devais écouter et obéir, elle était bien plus que ma mère. Je me surprenais moi-même à faire cet acte devant la chose qui n’était autre qu’un loup. Mon cœur battait calmement, je n’avais pas peur et il le savait.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Mar 13 Mar - 18:26
Tous ceux qui errent ne sont pas perdus.


Que lui, monstre qu'il est, n'a jamais réellement fait confiance aux loups qui pouvaient l'entourer. Il n'a même pas fait confiance à sa propre famille, encore moins à sa mère. Il savait parfaitement qu'elle l'avait mise au monde, qu'elle l'avait nourrit et surtout protégée quoiqu'il advienne. Mais il savait aussi que la Nature a fait en sorte qu'il ait d'autres personnes à qui faire confiance, d'autres voix à suivre. Bien évidemment, il n'avait jamais vu les personnes qui lui parlaient, ni même les âmes qui les suivaient. Non, il ne faisait que les entendre depuis sa plus tendre enfance, depuis sa naissance même. Au départ, elles n'étaient que des murmures, que des mots sans réelles explications, puis elles ont commencé à augmenter, à avoir un réel langage. Elles lui parlaient, elles lui prononçaient que des ordres entendus que par lui. C'est d'ailleurs à ce moment-là que sa mère a commencé à l'abandonner, à le rendre vilain petit canard. Avait-elle peur ? Avait-elle honte ? Il ne savait pas et il s'en était manqué dés le début. Ses voix étaient beaucoup plus importantes selon lui. Il se rappelait un ordre qu'elles avaient prononcé un jour : tuer. Et il avait tué. Il n'avait pas mangé, mais il avait tué. Ce petit lièvre qui passait par là et il l'avait déchiqueté, choquant ses frères et soeurs ainsi que ses parents. Les os avaient craqué et il avait eu un sourire aux lèvres : un sourire malsain, comme il a aujourd'hui.
Cette petite louvette représentait le louveteau qu'il avait toujours été, en fait. A une seule différence : elle avait une confiance aveugle en sa génitrice. Que lui, il avait préféré taire cette confiance dés son premier mois de vie. Il s'était rendu compte que cette louve n'était pas indispensable à sa vie : la preuve en est qu'il avait survécu jusque là. Il n'avait pas fière allure, c'était certain, mais il restait en vie. Mais reprenons au début, cette louvette lui ressemblait car elle se savait protégée, car elle se savait envahie d'un sentiment qu'elle ne se connaissait pas encore. Bon, elle n'avait que quelques heures, ou quelques jours, mais elle n'en restait pas moins une force de la nature, il en était certain. Normalement, ce loup était quelqu'un de foncièrement méchant, qui tue sans se poser de questions, mais étrangement aujourd'hui : les voix s'étaient tues. Elles ne lui avaient rien ordonné étrangement. Alors, non, il ne ferait rien à cette louvette. Ce n'était pas sa mission d'aujourd'hui. Il devait simplement faire confiance.
" Je ne suis pas là pour que tu me comprennes, mais simplement pour que tu me respectes. Si tu veux, je te laisse rejoindre ta chère maman et tu me feras signe quand tu seras décidée à connaître mon langage. " dit-il doucement.
Il comprenait son malaise, mais surtout il était heureux qu'elle incline ainsi la tête. Elle ne signifiait pas sa soumission certes, ce n'était pas ce qu'il recherchait, mais elle lui signifiait qu'elle souhaitait le revoir. Tant mieux. Il aimait rencontrer des loups : pas seulement pour avoir des contacts, mais tout simplement pour pouvoir se faire un panel de proies. Il ne les tuerait mais ce que ses voix voulaient faire était encore pire, bien pire. Finalement, il disparut quelques instants et revint quelques minutes après avec une patte de marcassin en bouche. Le marcassin qu'il avait tué avant même de venir ici. C'était merveilleux, délicat et délicieux. Il se coucha pour finalement commencer à manger, sans même poser un regard sur la louvette.


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Sam 17 Mar - 16:24

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

Je le voyais manger sa proie sous le soleil chaud du désert. Le sable s’approchait doucement de cet être qui était mort depuis peu, rien ne me choqua. Les yeux fixaient dans le vide, j’entendais mon cœur battre dans ma poitrine, je sentais les battements qui faisaient circuler mon sang dans tout mon corps. Il resta de marbre, comme mon visage, les sentiments n’existaient pas dans mon corps. Il n’y avait que le vide, le néant, je n’étais rien, rien que de la poussière dans ce monde.

Le sol était moue, chaque jour différent. Il évoluait à chaques secondes, devenant à chaque fois plus meurtrier, plus puissant. Le désert était impitoyable pour les faibles, nous qui vivions ici, on devenait plus fort chaque jour, on apprenait à évoluer comme le paysage de cette terre.

Le sang de la bête jaillissait de son corps frêle, il abreuvait le sable blanc du désert. La chose mangeait sans se préoccuper de moi, je ne demandais aucunement à ce qu’il s’occupe de moi, mais je le trouvais plus qu’étrange. Je m’allongeais sur le sable qui chauffait mes coussinets. L’odeur du sang traversait mes narines, elle était douce et sucrée. J’aurais voulu goûter cette mixture, mais je n’avais pas encore de dent suffisamment puissante pour mâcher la viande, mère disait que cela arriverait plus tard, quand on sera plus grand.

Il mangeait encore, et moi, j’étais à côté. J’attendais qu’il s’en aille pour retrouver mère et les autres. Je ne devais pas le quitter des yeux. Mère disait qu’il ne fallait pas quitter les autres des yeux, car ils pouvaient nous faire du mal. Il n’était pas encore temps pour moi de quitter ce monde, je devais rester vigilante. Vivre pour servir ma reine.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Mar 10 Avr - 19:02
Без труда́ не вы́тащишь и ры́бку из пруда́.
Pas de souffrance, pas de progrès ; on a rien sans rien.
Depuis tout petit, Corpus a toujours fait ce qui lui plaisait, ce qui l'attirait. Ou tout du moins, c'est ce qu'il croyait au début. De ses premiers mois à sa seconde année, il s'est imaginé seul. Il pensait pouvoir créer sa vie de toutes pièces, mais lorsqu'il eut fêter sa troisième année, il se rendit compte que les murmures présents dans son crâne étaient bien trop forts. Durant son enfance, ses voix n'étaient que des murmures au dialecte impénétrable, incompréhensible puis au fil du temps il a finit par les comprendre. Il a finit par se rendre compte qu'elles seraient ses seules compagnes, qu'elles seraient ses seules amies. Elles lui parlaient de choses bien étranges, de lieux qu'il ne connaissait pas encore, mais aussi de secrets qu'il ignorait. Il se rappelait un soir. Un soir, il avait vu son père et sa mère partir. Après un bon moment, son père était revenu seul : il aurait pu deviner, mais ses voix lui avaient indiqué la vérité. Sa mère avait trompé son père, elle avait une famille ailleurs alors son père l'avait assassiné. Le petit aurait pu pleurer, mais il n'en fit rien. Il ne fit que rire. Elle ne méritait que cela cette garce ... Déjà qu'elle n'était pas capable de l'élever, alors si c'est pour bafouer l'honneur de la famille aussi.
Ces voix étaient son seul repère, elles étaient son pilier. On pourrait le prendre pour un fou, ce qu'il était sans doute, mais pour lui il n'était qu'un loup lambda qui suivait une destinée bien particulière. Parfois des loups finissent seuls, isolés, fous car ils se rendent compte que leur ambition est plus grande qu'ils ne l'auraient cru, qu'elle représente bien plus qu'ils n'auraient imaginé, mais pour Corpus c'était bien différent. Lui, il avait le sentiment d'être un pion des dieux, un fou sur le grand échiquier de la vie. Il ne vit que pour ses voix. Il ne survit que pour elles. Il veut les suivre, leur obéir au péril de sa vie. Si elles lui ordonnaient de sauter d'une montagne ? Il le ferait. Si elles lui ordonnaient de tuer sa propre famille ? Il le ferait sans hésiter une seule seconde, ne pensant aucunement à ses propres sentiments.
Un regard sur la petite qui n'était pas encore partie. Pourquoi ne partait-elle pas ? Pourquoi ne rejoignait-elle pas sa famille ? Elle était pourtant si jeune, si petite. Elle devrait rejoindre sa famille. Le loup famélique secoua la tête pour ignorer ce sentiment étrange. Il ne devait penser cela, ça ne le concernait pas. Tue-la. Il secoua encore une fois sa tête. Il ne devait obéir à ses voix, pas encore, pas toute de suite. Il devait jouer tout d'abord avec elle. Contamine-la. Un sourire se posa sur ses lèvres, un sourire malsain. Cette idée n'était pas bête, on le connaîtrait ainsi. Mais pour cela, il devait la provoquer. Il ne devait être celui qui jetait la première pierre, c'était interdit. Elle devait le mordre, et non lui. Tu es un prophète Corpus, fais ta mission. Envahi le monde de ta peste. Un rire brusque, soudain et rauque sortit alors de ses lèvres. Il aimait que ses voix l'appellent ainsi. Il aimait qu'elle le considèrent comme un rôle majeur dans l'histoire de cette île. Alors sans hésiter une seule seconde, il jeta la patte ensanglantée sur la petite louve, espérant une réaction de sa part.


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Mer 11 Avr - 14:23

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

J’apercevais sa patte qui s’approchait dangereusement de mon corps. Je reculais de quelques pas pour pas qu’il me touche, il pourrait me tuer avec facilité, mais il ne le faisait pas. Attendant que je fasse le premier faux pas avant qu’il m’égorge sans aucun scrupule alors que mère était toute proche. Je levais la tête, gonflais le peu de pelage que j’avais, mon cœur ne battait doucement, mon visage restait indifférent. Je n’avais pas peur de lui, mon corps ne tremblait pas, il n’avait pas le droit d’être effrayé, ce serait un déshonneur en vers ma famille si cela arriverait.

« Je ne ferais rien, je partirais seulement quand tu seras loin. »

Je restais fixe, sans bouger, attendant qu’il s’en aille pour que je retrouve mère et le reste de ma famille. Je sentais que la chose ne s’en irait pas aussi facilement, un petit pressentiment, mais qui rendrait le reste de la journée ennuyeuse. Je me mis à laver mon pelage noir, ce magnifique pelage qui reflétait le caractère de ma famille. Je fermais les yeux pendant ma petite toilette, les rayons du soleil commençaient à me brûler mes globes oculaires.

Le temps passait doucement et je ne désirais pas partir en première, j’avais dit que j’attendrais et je respecterais mes paroles, même si je devais rester jusqu'à la nuit, je resterais éveiller jusqu'à son départ. Ne pas le quitter des yeux, restés concentrer, comme si c’était une mission. L tors bombé, le dos droit, comme une gardienne, je regardais son corps hideux, ses crocs pourri et jaunie, ses pattes remplis de sang, sa petite tête. Il n’avait rien pour lui et pourtant, je devais m’abaisser à une telle chose parce que j’étais encore dans ce corps d’enfant sans décence, je n’en pouvais plus, je voulais grandir et partir en quête pour ma reine, malheureusement, je devais rester pour survivre.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Mar 15 Mai - 16:44
sans peur
xilven & c.deal

« Delicately, the prophet opened the mouth. He knew that it he had to say was of the biggest importance, that he could to annihilate whoever would not believe it.  »
La petite ne pouvait pas partir tant que le Prophète ne partirait pas et ne serait pas loin ? C’était si mignon. Elle voulait prouver sa bravoure et sa dévotion envers sa famille. Mais si elle savait. Si elle savait à quel point le loup se moquait parfaitement de ses convictions, de ses envies, mais surtout ses projets. Il s’était toujours moqué de cela en réalité. Lui, tout ce qui l’importait c’était sa vie, mais surtout les désirs que les voix en lui avaient. Il ne faisait que les suivre, il ne faisait que vivre pour elles, mais surtout il ne désirait qu’une chose : les satisfaire. Bien sûr, il savait parfaitement qu’il avait encore du chemin à faire, qu’il avait encore bien des choses à accomplir. Mais il savait aussi qu’il avait parcouru plus de la moitié du voyage, qu’il avait traversé bien des obstacles, alors non, il ne partirait pas. Il ne partirait pas pour satisfaire cette petite chose, pour lui permettre de retrouver sa mère. Un casse bonbon ? Si vous saviez. Il n’en est encore qu’aux prémisses.
Un regard sur la petite. Elle n’avait vraiment pas peur ? Elle était vraiment courageuse ou simplement idiote ? Inconsciente ou seulement débrouillarde ? Il ne savait pas. C, savait simplement qu’il était bien là. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il appréciait sa compagnie, ce serait mentir, mais il n’était pas en danger. En même temps, qui serait en danger avec un louveteau en face de soi ? Personne. Oh bien entendu, il fallait s’attendre à voir la mère débarquer en furie, ou bien le père, ou bien toute la meute qui sait, mais il saurait se défendre. Et puis dans le fond, être mordu, être détruit n’était-ce pas ce qu’il recherchait depuis le tout début ? N’était-ce pas sa mission ? C’est bien pour cette raison qu’il cherchait la bagarre, qu’il provoquait, car il n’avait absolument rien à perdre. Oh si, la vie sans doute, mais il les emporterait tous avec lui, c’était une évidence.
« Tu risques de rester longtemps dans ce cas, puisque je n’ai absolument pas envie de partir. » dit-il en riant.
Il embêtait son monde, mais qu’est-ce qu’il aimait ça. Il adorait rendre les gens fous, les rendre colériques et furieux. Finalement, pour accompagner ses dires, le loup se coucha sur le ventre, la tête posé sur ses pattes avant et observant la loupiotte. Il ne partirait pas, c’était certain.
(c) DΛNDELION


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Lun 23 Juil - 22:39

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

Le monde continuait à tourner, je n’avais rien à prouver à un déchet pareil. Je commençais à me retourner, sans lui offrir l’ombre d’un regard. Il ne méritait rien, même pas de vivre enfin de compte. Je marchais sur le sable chaud, sans prononcer le moindre mot. Je continuais mon avançé, sentant la chaleur du soleil pénétrant dans mon pelage sans pouvoir en ressortir. Mon corps atteignait sa limite, mais je ne le montrais pas. Je ne voulais pas m’abaisser à une telle chose qui n’avait rien pour lui. Le monde était bizarre et fallait le purger des canidés répugnants comme lui. Seulement, cela était comme une victoire pour lui. Je m’arrêtais en laissant ma patte tomber sur le sol, observant l’horizon. Je ne devais pas perdre, pas maintenant. J’avais bien plus d’honneur que ça.

D’un coup, je me retournais vers le mâle qui empestait. Il avait posé sa tête sur des deux pattes avant. D’ici, je pouvais sentir son regard de meurtrier, mais il n’était rien comparé à celui de ma reine. Je ne devais pas fuir devant une telle chose. J’avançais jusqu’à sa hauteur. Je ne connaissais pas encore mon pouvoir, je pouvais mourir ici et maintenant, mais jamais je ne fuirais devant une telle chose. J’étais debout, le dos droit comme si j’étais une grande louve. Je le regardais dans les yeux sans baisser le regard. Puis quelques minutes après je m’allongeais à mon tour en face du mâle en levant les yeux vers lui. Je ne voulais pas partir de cette manière, je ne dormirais pas non plus, je resterais comme lui, jusqu’à ce qu’il cède. Je voulais lui prouver que même à mon âge, j’avais une certaine résistance. Je ne devais pas faiblir, ce mot ne devait pas exister dans notre famille, c’était inenvisageable !

« J’ai tout mon temps. »

J’attendais que le temps passe. Sentant le sable se réfugier dans mon pelage noir. La chaleur s’intensifiait mais, je tiendrais, même si pour cela, je devais y laisser ma santé.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans et 7 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirPeste Vespérale
PuissancePlume - Charbon
Mercenaire - Vagabond
Messages : 16
Feux Follets : 84
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Mar 24 Juil - 22:14
sans peur
xilven & c.deal

« Delicately, the prophet opened the mouth. He knew that it he had to say was of the biggest importance, that he could to annihilate whoever would not believe it.  »
Le temps passait lentement, subtilement. Il s’écoulait délicatement entre les pattes du loup, tandis qu’il observait la petite. C’est hallucinant comme au fil des minutes, elle lui faisait réellement penser à lui. Il se revoyait en elle, étant petit. Il revoyait ses premiers pas sur Terre, son premier regard sur le monde qui l’entourait ainsi que les premiers battements de son coeur. Tout du moins, c’est ce qu’il croyait, mais soyons honnêtes : personne ne peut réellement se souvenir de qui, de quoi et surtout de ce qu’il avait vécu au tout début de sa vie. Peut-être car la douleur de l’accouchement, la douleur de la première bouffée d’air pur, doit faire en sorte que la Mémoire s’efface petit à petit. Alors, oui, il imagine que tout ceci ne sont que ses premières fois, mais loin de là. Tout ce dont il se rappelle est surtout la première vision qu’il a eu, l’unique qui fut parfaitement claire. Il revoyait sa mère qui le regardait avec pitié, son père qui était parti – déçu – et ses compagnons d’infortune qui tétaient sans se méfier de lui. S’ils avaient su.
C’est sans doute pour cela qu’au jour d’aujourd’hui, il était ce qu’il était. C’est probablement pour cette unique raison qu’il est devenu ce monstre qu’il est, cet être qui déteste le monde et qui adore faire du mal. On l’avait haït dés ses premiers pas, alors pourquoi aimerait-il le monde l’entourant ? Ce serait parfaitement paradoxal selon lui. Il n’était pas paradoxal, il détestait les quiproquos. Alors non, il ne jouerait pas à l’hypocrite. Il ne serait pas doux car on le lui demandait, il ne s’excuserait jamais, il ne se mettrait jamais sur le dos. Même si on était à deux doigts de le tuer ? Il s’en moquait totalement. S’il devait mourir, il le ferait la tête haute, tout simplement. Le monstre avait parfaitement conscience de son physique : il se savait hideux, il se savait maladif, il savait qu’il répugnait mais au lieu de pleurer sur son sort, il en jouait. Il faisait en sorte qu’on le prenne en pitié, qu’on vienne pleurer à ses pieds pour mieux massacrer.
« Tant mieux, moi aussi. Mais je pense que tu seras la première à craquer ... » dit-il. « Car tu auras besoin du lait maternel, comme tout bébé que tu es. » murmura-t-il en souriant, moqueur.
Elle se croyait forte car sa mère était derrière elle, mais elle était faible, comme tous les loupiots de son âge. Tout simplement car ils ne savent comment vivre, ils ne savent comment faire pour survivre. Comment de louveteaux meurent chaque année ? Beaucoup trop, ou pas assez, cela dépendait de la vision de chacun. Le maladif resta couché, les babines sur ses pattes, tout en fixant la plus jeune avec un œil rieur. Il voulait la tester, il voulait voir à quel point elle se montrerait forte. Mais il savait parfaitement qu’elle finirait par craquer : la faim et la soif seraient trop fortes. De plus, le Soleil commençait à réellement taper fort. Il sentait la chaleur s’infiltrer insidieusement dans son pelage, tandis que ses babines devenaient sèches. Il s’en moquait. Il voulait gagner.
(c) DΛNDELION


Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge10 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirAppel des Limbes
PuissanceAile - Granite
Vagabond
Messages : 94
Feux Follets : 54
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal] Ven 27 Juil - 16:03

«Sans peur»
Avec Corpus Deal

Tu savais qu’il avait raison. De toute manière, tu n’avais rien à prouver à ce genre de canidé. Il était repoussant et pas aussi fort que ta mère. Tu ne disais rien, la chaleur du soleil t’épuisait, tu avais du mal à tenir sur tes pattes, mais tu résistas, car la vie était dure et jamais elle ne t’épargnerait. C’était ainsi et tu lui ferais face jusqu’à ce que ton cœur cesse de battre. Tu te relevas doucement et sans rien laisser paraître, tu te dirigeais vers la douceur de ta mère. Tu appréciais quand elle te cajolait, mais tu aimais plus quand elle avait cette odeur de sang dans la gueule. Cela te donnait des frissons et tu savais qu’un jour, tu lui rapporterais des cadavres, elle sera fière de toi, c’était la seule chose que tu désirais, qu’elle soit fière de sa progéniture.

Tu rejoignais le cocon familial sans regarder derrière toi, tu savais qu’il se moquerait de ta faiblesse, mais tu savais aussi qu’un jour, tu le retrouverais et qu’il mourra. Ce que tu ressentais, ce qui faisait bouillir ton sang quand tu pensais aux flammes des enfers, elles attendaient ton appel. Un jour, tous auront peur de ta famille, car tu feras respecter la loi de ta reine et tous devront obéir !

Tu t’éloignais de plus en plus, jusqu’à entrer dans la grotte et te coller à ta sœur. Il n’y avait qu’avec elle que ton cœur battait, que tu avais l’impression de ressentir quelque chose. Tu te blottissais comme à chaque fois contre elle et posas ton museau sur son dos. Jamais tu ne désirais la perdre, elle était ton cœur, ta source de vie, en fait, elle était tout simplement ce qui te maintenais sur cette terre désolée.
© Codage par Zagan.


Pelage de Xilven actuellement : Blanc
Pelage de Xilven suivant les Rps (a regarder):
 


Je serai la dernière âme que tu verras : 990000
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sans peur [PV - Corpus Deal]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» CORAYA ☠ Mais j'attends un être charmeur, mon marin riche et sans peur...
» DC New 52 : GREEN LANTERN
» Karon le sans-peur
» PEARL ≈ Mais j'attend un être charmeur, mon marin riche et sans peur.
» Furious-Reborn le guerrier sans peur!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryûtora :: RP-
Sauter vers: