lienlien
Navigation

Staff

Elemiah
FondatriceMP

Zagan
AdministratriceMP

Henael
AdministratriceMP

Esha
ModératriceMP

Saeba
ModérateurMP

Meerly
ModératriceMP

Thalia
ModératriceMP

Peut-être vous ?
Poste vacantMP

Peut-être vous ?
Poste vacantMP


Rp's libres
Rencontrer la meute [ft. Kuragari] (par Wistala)

Une petite marche dans le désert quoi de mieux pour se refaire une santé [ft. All] (par Léatrice)

L'aurore bauréale [ft. All] (par Vénus)

Cueillette hivernale [ft. Kuragari] (par Zenaïs)

Du sang, du sang, encore du sang ! [ft. All] (par Naraka)

Marche tranquille [ft. All] (par Zaliha)

Qui je peux embêter moi ? [ft. Kuragari] (par Yrkasi)

L'eclipse [ft. Hikari] (par Chenoa)

Hunter game [ft. All] (par Corpus)

Seul sans vraiment l'être [ft. All] (par Nehëmah)



Forum RPG lupin fantastique. ©Kaala
 

La dérive du corps [PV - Tsoka]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Zeta - Hikari
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an
SexeFemelle
MeuteHikari
RangApprenti Sentinelle
PouvoirMorsure du Démon
PuissanceGriffon - Améthyste
Zeta - Hikari
Messages : 608
Feux Follets : 34
MessageSujet: La dérive du corps [PV - Tsoka] Sam 28 Avr - 13:29

«La dérive du corps»
Avec Tsoka

Perdue, sans comprendre pourquoi, j'erre dans la neige à la recherche de quelque chose, mais je ne sais pas quoi encore. Un vide s’installe, je ne comprends pas vraiment ce qu’il se passe. Je marche, en regardant la neige, mes traces s’installent pour montrer mon passage. Des soupirs sortent de ma gueule, créant des petits nuages qui s’envole dans les airs. Peu à peu, la neige tombe, et se confond avec mon pelage. Mon cœur bat, réchauffant mon corps qui s’enfonce dans le blizzard. Tout n’est qu’illusion, un parfait blanc sans rien pour gâcher ce monde unique. Mon corps se déplace au son du vent, pour seule tache visible mes pupilles améthyste. Je vois le monde, je m’incruste en son antre. Pour seule question en tête : qu’est-ce que je recherche ?

Un corps se dessiner sur le fond de l’horizon. Pour une raison inconnue, je me précipite à sa rencontre. Foulant la neige, laissant derrière moi de petites boule et les jeunes poussent affrontant avec courage le froid de l’hiver. Le souffle court, je continue mon avancé rapide dans la direction. La tâche donne une forme de plus en plus nette, un canidé et visible, il me regarde, sans comprendre ce qui se passe. D’ailleurs, moi aussi, je ne comprends pas ce qui m’arrive. J’avais besoin de chaleur, besoin d’un contact extérieur. Pourquoi me sentais-je aussi mal ?

J’approche encore et toujours plus, jusqu’à distinguer la couleur de ses pupilles. J’approche encore, jusqu'à ce que mon souffle touche son pelage, yeux dans les yeux, je le regarde intensément. Jamais je n’avais vu de prunelle aussi profonde. Que m’arrivait-il à la fin ? Je continuais à le fixer, sans bouger, sans dire un mot. Ni moi, ni lui ne savait ce qui se passait. Le sourire sur les babines, je ne comprenais pas mon comportement envers cet inconnu.
© Codage par Zagan.


Je suis #990000


ancien Kit par maman♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge2 ans et 1 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirExplosion Curative
PuissancePlume - Charbon
Vagabond
Messages : 8
Feux Follets : 35
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Mer 23 Mai - 14:38
J'ai toujours aussi peur. J'ai toujours peur de faire du mal. Je ne supporte pas faire de mal, c'est à cause de ce mal que je suis là, dans cet endroit qu'on appelait "Glaces Eternelles". Je sais pas pourquoi, mais je crois que je m'y sens en sécurité après le mal que j'ai fait aux autres. Maman aimait venir ici, si je me souviens bien. Elle me disait que la fraicheur de cet endroit lui permettait de se tenir à l'écart des problèmes, tout en étant bien et en se sentant à sa place. Car oui, moi aussi je me sens à ma place dans ces contrées de glace. C'est pour cette raison que j'y vais le plus possible. Elles sont jolies, et accueillantes quand on sait les admirer. Mais il faut avoir le don d'admirer ce qu'on nous décrit comme dangereux, glaçant, pas fait pour des loups. Je crois que j'ai la même façon de penser que Maman. Elle a eu peur de moi alors que j'ai explosé. J'ai eu peur de moi. Pourtant elle pouvait me fuir alors que ça met totalement impossible. Je ne peux pas fuir ce que je suis depuis des mois. Même si c'est ce que je souhaite, j'en suis totalement incapable, et même les divinités ne peuvent y faire quelque chose. J'ai un pouvoir que je ne contrôle pas, et qui me fait peur et c'est ainsi.

Alors je regarde la neige tout autour de moi. Les arbres qui ne sont pas très loin de nous semblent m'observer avec peur. Ils me fuient autant que je voudrais le fuir. Je n'ai vu personne depuis un long moment. Quelques fois, je me dit que la compagnie des autres me manque. Le blanc de la neige est mon seul ami de mes péripéties. Le seul bruit de ma respiration et du vent sont les seuls sons que je puisse entendre. La nature me le fait bien comprendre. Mon pouvoir amené à être seul, et je le resterai.

J'entends comme un bruit de course dans mon dos. Me tromperai-je ? les divinités auraient finalement décidé que ma solitude a assez duré ? Je n'en sais rien, on peut s'attendre à tout avec elles. Alors je me retourne. Sans bruit dans cette neige éternelle. C'est alors que je vois un truc gros et blanc foncer dans ma direction. Enfin foncer... Disons que ça arrive vers moi et que ça à la forme d'un loup. Pourquoi un loup irait-il si vite vers le danger ? Aucun ne devrait venir vers moi. Je ne suis que le danger. Je ne peux avoir d'amis. Je tue mes amis, je les blesse. Je blesse même mon propre frère. Pars petit loup, part avant qu'il soit trop tard je t'en pris.

Mais le loup blanc ne s'arrête pas. Si bien qu'il arrive juste près de moi, me fixant de ses yeux clairs. Ce loup m'observe avec force. Je ne comprends rien à ce qu'il se passe. J'essaye d'ouvrir la gueule. Et c'est avec un effort surlupin que je murmure.

"Partir... Tu devrais partir... je ne suis qu'un danger..."
Revenir en haut Aller en bas
Zeta - Hikari
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an
SexeFemelle
MeuteHikari
RangApprenti Sentinelle
PouvoirMorsure du Démon
PuissanceGriffon - Améthyste
Zeta - Hikari
Messages : 608
Feux Follets : 34
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Mer 23 Mai - 15:57

«La dérive du corps»
Avec Tsoka

Sa voix pénétra dans mes oreilles, elle était faible, presque inaudible même. Il désirait que je parte, qu’il était dangereux. J’inclinais la tête sur le côté, je laissais son souffle frôler mon pelage. Il voulait partir, je le sentais bien, mais ses pattes le fixaient au sol. Je m’approchais encore un peu plus, je ne comprenais pas sa réaction, il semblait timide, mais pas braiment distant. C’était étrange, il m’attirer, comme un papillon vers la lumière. Je souriais toujours, comme une petite enfant. Il ne me restait qu’un petit mois, même pas avant d’être adulte, et pourtant, je me comportais comme une enfant sans défense. Mon cœur débordait de joie, je ne pouvais pas faire autrement que de vouloir jouer, où même juste parler avec cet inconnu. Cela pouvait paraître bizarre, mais j’avais besoin d’un contact avec quelqu’un, pas seulement avec un membre de ma meute qui me connaissait, mais de quelqu’un d’autre, qui ne connaîtrait rien de ma vie, de qui je suis.

« Pourquoi partir alors qu’on vient à peine de se rencontrer ? Tu n’as pas l’air dangereux… »

Je parlais avec une voix vraiment joyeuse, cela montrait mon excitation. Je le voyais bien mal à l’aise, alors je reculais de quelques centimètres avant de le regarder de haut en bas. Je ne voyais rien en lui qui pouvait montrer une terreur, il avait l’air plus que timide, bien plus que moi en tout cas. J’aimais rencontrer de nouveau canidé, cela était toujours amusant dans un sens. Je me souvenais parfaitement du tout premier loup que j’avais rencontré durant mon enfance, je m’étais beaucoup attaché à lui, sans aucune raison particulière, mais je l’appréciais vraiment beaucoup. Je ne pense pas avoir un lien aussi étroit avec quelqu’un d’autre, mais cela n’empêchait pas de s’amuser avec les autres.

« Comment tu t’appelles ? »

Je secouais ma patte blanche vers la tête du mâle roux. Je cherchais à toucher le bout de sa truffe, espérant que cela le décoince légèrement. Je ne reconnaissais pas mon attitude, mais j’avais besoin de cette proximité aujourd’hui, bien plus que tout.
© Codage par Zagan.


Je suis #990000


ancien Kit par maman♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge2 ans et 1 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirExplosion Curative
PuissancePlume - Charbon
Vagabond
Messages : 8
Feux Follets : 35
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Lun 4 Juin - 19:35


Dérive sans perdre le chemin à suivre

Je ne veux pas te faire de mal


FEAT. UN GENS ETRANGE

Je suis même étonné par mes propres paroles. Depuis le temps que je cherche de la compagnie, d'un loup pouvant m'accepter ave le risque que je lui fasse du mal, je rejette ce que les Divinités m'ont offert. En même temps, je fais du mal, je suis un danger. Personne ne peut faire quoi que ce soit. Je suis fait pour faire peur, pour tuer. je ne veux pas tuer, ou blesser qui que ce soit dans ce monde. Je voudrais tant avoir des amis qui m'acceptent, même une famille qui m'accepte. Mais c'est ce qu'il y a de plus impossible. Je dois rester seul. Je suis condamné à rester seul, et mes parents me l'ont bien montrer. Comme mon frère d'ailleurs. Tous, m'ont montré que j'étais une aberration et que la mort ou la solitude était le seul lieu voulant de ma personne. Pourtant cette louve est là, juste sous mes yeux. Elle doit partir. Je vous en pris, qu'elle parte le plus loin possible... Sans se retourner, je ne le supporterai pas... Faites qu'elle s'en aille, sans aucun regard dans ma direction, sans aucun remord. Faite qu'elle s'en aille sans demander sans reste, qu'elle comprenne que derrière mon apparence paniqué, je suis un danger pour chaque loup existant sur cette terre. Le moindre contact est un danger. Surtout quand j'ai peur de faire du mal. Je ne sais pas quand je vais exploser, je ne sais pas comment. Je ne sais rien, et j'ai peur.

« Pourquoi partir alors qu’on vient à peine de se rencontrer ? Tu n’as pas l’air dangereux… »

Non non non, pars. Pars, enfuit-toi, vas-t-en ! Ce qui parait le moins dangereux est pire que le meilleure des meurtriers, mais tout le monde ne semble pas le savoir. C'est pourtant pas si compliqué. Je ne suis pas craint pour rien. Je ne fuis pas les gens pour rien. Je ne veux pas qu'on m'accepte avec ce risque pour rien... Les loups doivent me fuir. Les animaux doivent me fuir. Je dois me fuir. La mort serait peut être une libération, pourtant je me raccroche à un espoir qui n'existe pas. Jamais je ne pourrais avoir la compagnie de loups que j'aime et qui m'aiment comme je suis. Sans crainte. Sans peur. Juste une vie normale. Cette louve ne peut être joyeuse alors que je peux lui exploser à la figure. Elle est inconsciente. Pourtant elle sent la meute. Celle que j'ai du abandonner. Elle porte l'odeur de ma meute. Non, ce n'est plus ma meute, elle m'a abandonné. Je suis un vagabond désormais. Je dois oublier mon passé. Je dois vivre seul. Je dois vivre dans la peur de faire du mal.

« Comment tu t’appelles ? »

Je vois la patte qui se rapproche. Cette patte d'une blancheur éclatante qui risque de se colorer de rouge au fur et à mesure que le sang coule le long de sa plaie. Je fixe cette patte. Je la supplie d'un regard. Il doit trahir toute cette peur que je porte.

Une étincelle s'enflamme en moi. Non... non... Elle ne doit approcher... Si jamais elle touche.... J'ai envie de lui crier de fuir. J'ai envie de reculer, de bondir en arrière ou sur le côté pour éviter son contact, mais j'en suis incapable. Je suis tétanisé par la peur qui me traverse de toutes parts.

Le contact est d'abord léger, avant de se transformer en un bruit assourdissant. Non, que j'entends assourdissant. Qu'est-ce que j'ai fait ? Pourquoi.... Pourquoi...? Je recule d'un bond, réfugiant ma tête entre mes pattes. Mon museau... je sais qu'il n'est plus là. je ne le sens plus entre mes coussinets, et le sang jaillissant sur le sol me prouve que le pire s'est produit. Je vous en pris, faite qu'elle ne s'est pas pris la pire des explosions. Faite qu'elle n'est pas devenue comme mon frère. Faite qu'il n'y ai pas un trou béant à la place de sa patte comme la figure de mon frère était devenue par ma faute. je ne supporterai pas savoir que j'ai fait du mal à une nouvelle personne. Je n'ose pas lever la tête. je veux rester là, juste la neige, à attendre que le sang s'écoule indéfiniment, m'enlevant la vie que je porte dans mes veines.

"Je.... je suis si désolé... Tsoka... je me nomme Tsoka..."

Un murmure, et j'espère qu'il sera mon dernier.


CODAGE BY AILY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
PNJ - Esprit
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
ÂgeInconnu
SexeInconnu
MeutePNJ
RangEsprit
Pouvoir//
PuissanceInfinie - Illimitée
PNJ - Esprit
Messages : 508
Feux Follets : 685
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Lun 4 Juin - 19:35
Le membre 'Tsoka' a effectué l'action suivante : Allégeance au Rakuen


#1 'Dé de Combat' :


--------------------------------

#2 'Dé de Pouvoir' :


PNJ - NE PAS MP

Revenir en haut Aller en bas
Zeta - Hikari
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an
SexeFemelle
MeuteHikari
RangApprenti Sentinelle
PouvoirMorsure du Démon
PuissanceGriffon - Améthyste
Zeta - Hikari
Messages : 608
Feux Follets : 34
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Dim 10 Juin - 19:27
HRP: Pouvoir réussi de Tsoka par rapport au dé précédent.


«La dérive du corps»
Avec Tsoka

Je ne comprenais pas tout, il venait de fermer les yeux, puis de s’en allait dans un bon en arrière. Je sentis quelque chose de chaud couler le long de mon museau. C’était doux, c’était étrange aussi. La dernière fois que je l’avais senti, c’était quand elle coulait à l’intérieur de mon estomac, du sang… Il y avait eu une petite étincelle, une étincelle qui avait marqué mon visage. Je battais des paupières, en l’ayant vu reculé j’avais fait de même, mais cela n’avait pas suffi. J’étais légèrement sonné, je regardais à droite, puis à gauche. Je n’entendais plus rien. Les oiseaux ne chantaient plus, le vent ne soufflait plus. Comme si j’étais seule. Seul un sifflement strident était présent, je voyais bien les babines du loup bouger, mais je n’entendais pas, enfin presque pas. Il avait l’air triste, je tremblais légèrement, j’étais un peu perdu ce qui était normal après tout.

« Je…Je n’ai pas… Entendu. »

Les larmes ne coulaient pas, j’inclinais la tête, j’avais du mal à entendre ma propre voix. Je voulais m’approcher, mais avec ce qui venait de se passer, je restais bien en arrière. Je m’assoyais doucement, voulant retrouver mes repères, passant mon museau dans la neige, elle prenait la couleur de mon sang, se répandant sous forme d’auréole. Je remontais la tête, le sang continuais à ruisseler sur mon pelage jusqu’à s’écraser sur le sol gelé du nord. Je le regardais, comme si de rien n’étais, mon ouïe revenait peu à peu, je devais juste être patiente et prudente.
© Codage par Zagan.


Je suis #990000


ancien Kit par maman♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge2 ans et 1 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirExplosion Curative
PuissancePlume - Charbon
Vagabond
Messages : 8
Feux Follets : 35
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Ven 15 Juin - 19:24


Dérive sans perdre le chemin à suivre

TITRE


FEAT. UN GENS ETRANGE

Je ne veux plus rien entendre. Je veux arrêter de vivre. Ou au moins revenir en arrière pour la fuir dès que je la vois. Au moins je ne lui ferais pas de mal… J'aimerai tellement que ce pouvoir soit changé. Que je puisse devenir un loup meilleur. Mais c'est totalement impossible. Je dois continuer à vivre, erreur sur erreur. Je ne peux rien changer. J'en suis incapable. Je sais que je resterai toujours ainsi. Je serais toujours ce loup kamikaze. Sauf qu'il ne veut pas mourir et ne veut pas faire de mal. Je ne porte aucune logique en moi. De toute façon c'est pas grave puisque je veux mourir pour le mal que j'ai créé.

Je ne veux pas lever la tête. Je ne la regarderai pas. je ne regarderai pas ce que j'ai fait. Je ne veux pas voir. Je ne veux pas que cette scène reste à jamais dans mon esprit, même si je sais parfaitement qu'il est déjà trop tard. Je me souviens parfaitement du bruit de l'explosion, et c'est bien assez suffisant pour me souvenir de toute cette scène. Je ferme les yeux le plus fortement possible tandis que j'écoute ce qu'il se passe autour de moi. Si je ne peux voir, alors j'écouterai. Je ne peux rester dans ma bulle, pas après ce que j'ai fait. Je ne peux pas me lamenter sur mon sort alors qu'un autre à mal. Je ne suis pas le souffrant. Mais je n'ai pas le courage de voir mon acte. Je peux juste entendre. Tout ce que j'entends, ce sont des pas précipités. Elle n'est pas partie, mais elle ne veut plus être proche d'un danger tel que moi. Elle devrait fuir. Elle devrait m'oublier.

Je pose mon arrière train sur le sol pour me mettre en boule. je veux me protéger de chaque agression extérieure. Je veux être un être qui ne provoque pas le danger. Je veux me réfugier dans le sol. Fuir. Fuir serait tellement une bonne solution, mais je ne suis pas lâche. Enfin, pas encore. Pourtant, je ne peux pas m'avouer mon acte.

« Je…Je n’ai pas… Entendu. »


Elle reste loin de moi. Je le sais. Je l'entends. Elle n'est pas assez loin. J'entends encore sa respiration sifflante. Elle est encore bien trop proche. Pourquoi ne courre-t-elle pas ? Serait-elle suicidaire ? J'ose tout de même lever la tête vers cette femelle. Je veux la regarder, jusque quelques instants. Je veux qu'elle sache à quel point je suis désolé.

Mes yeux verts se posent sur son museau sanguinolant. Peut être moins atteint que le mieux quand je vois les grosses gouttes que je laisse sur le sol. Sauf que je sais que je me guéri. Je ne suis pas en danger. Elle, elle ne peut pas guérir facilement si elle n'a pas de pouvoir de soin. Elle peut être en danger…

"Je... M'appelle Tsoka. Je suis vraiment désolé, je contrôle pas… Tu n'aurais pas dû m'approcher….


CODAGE BY AILY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Zeta - Hikari
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an
SexeFemelle
MeuteHikari
RangApprenti Sentinelle
PouvoirMorsure du Démon
PuissanceGriffon - Améthyste
Zeta - Hikari
Messages : 608
Feux Follets : 34
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Dim 17 Juin - 10:38

«La dérive du corps»
Avec Tsoka

Il avait peur, très peur même. Je le regardais tendrement, je comprenais ce qu’il ressentait. Il avait peur de son pouvoir comme le mien… Je le contrôlais mieux avec le temps, mais je restais toujours aussi sauvage et démoniaque quand je l’utilisais. C’était dommage, j’aimais bien ce canidé, il avait l’air gentil. J’aurais peut-être dû fuir, mais je restais planté la, assise dans la neige, laissant mon sang s’écouler le long de mon museau. Il avait relevé la tête, je souriais doucement, cela me tirait sur ma plaie, mais je m’en fichais. C’était la deuxième fois dans ma vie que je ressentais une telle douleur, cela se reproduirait souvent, je devais apprendre à oublier cette douleur tant qu’elle était présente.

« C’est ma faute, on peut marcher si tu veux Tsoka. »

Je baissais le museau de telle manière qu’on soit au même niveau, inclinant légèrement la tête et toujours avec ce même sourire enfantin. La colère n’était pas présente dans mon regard, on y voyait que de la douceur aussi étrange que cela pouvait paraître. La colère n’était pas présente dans mon regard, on y voyait que de la douceur aussi étrange que cela pouvait paraître. C’était l’entraînement qui lui manquait, sans ça, il serait toujours paralysé et ne pourra jamais avoir de vie normale.

« On peux quand même être ami, moi, c’est Henael ! »

Je reprenais du poil de la bête et me m’était en position pour jouer. Lançant un peu de neige a proximité de son corps sans que cela puisse le toucher. Le contact n’était pas obligatoire pour bien s’amuser. Je voulais qu’il comprenne ce petit détail qui pouvait améliorer un peu sa vie. Ce n’était pas grand-chose, mais cela pouvait changer beaucoup de chose.

« Aller souris. »

Je lui faisais un grand sourire, un sourire d’amie sincère, je voulais lui apporter un peu de chaleur dans son cœur et sa vie.
© Codage par Zagan.


Je suis #990000


ancien Kit par maman♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge2 ans et 1 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
Rang//
PouvoirExplosion Curative
PuissancePlume - Charbon
Vagabond
Messages : 8
Feux Follets : 35
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Lun 18 Juin - 11:05


Dérive sans perdre le chemin à suivre

Ami ?


FEAT. UN GENS ETRANGE

J'ai envie de fermer les yeux pour échapper à cette scène. Je veux tellement devenir une poussière qui s'envolerait avec le vent soufflant. Au moins la poussière ne voit pas. Elle ne peut pas rester sur place. Elle s'envole alors que la brise l'entraine. Une poussière est libre, elle n'a pas un pouvoir qui la contraint à éviter sa famille. Elle peut rester avec qui elle veut. Elle est libre….. Elle. Elle est tout le contraire de moi. la poussière se fiche de sa vie. elle n'a pas vraiment de vie d'ailleurs. Mon père disait que la poussière n'était pas un véritable être, mais plutôt le souvenir des êtres morts. Ma mère doit être dans la poussière plus tard, je serais dans la poussière. La poussière est composée de nos ancêtres, mais aussi de nos proies. La poussière est un ensemble harmonieux qui devient le destin de chaque être vivant, qu'il soit plante ou animal. Plus tard, je serais libre et en harmonie.

Je continue tout de même à fixer la jeune louve. Ses yeux sombres m'observent tendrement. Quoi ? Un loup à qui j'ai fait du mal m'observe tendrement ? Mais c'est pas du tout logique ! Elle devrait me fuir, je suis dangereux. Elle ne devrait pas rester là, à m'observer avec tendresse. On aurait même dit qu'elle me prend pour son ami ! Je ne peux être l'ami de personne. Je suis un brise cœur d'amitié (Aucun commentaire Very Happy).

« C’est ma faute, on peut marcher si tu veux Tsoka. »

J'ai envie d'ouvrir la gueule pour l'engueuler. Ce n'est que de ma faute, pas de la sienne. Ce n'est pas elle qui ne contrôle pas son pouvoir et qui panique à cause de ça. Ce n'est pas elle dont la panique blesse. Elle n'y est totalement pour rien. Elle devrait arrêter de me regarder avec un telle tendresse. Je culpabilise déjà assez.

« On peux quand même être ami, moi, c’est Henael ! »

Henael… C'est tellement beau comme prénom. Elle en a de la chance. Elle se met d'ailleurs en position de jeu pour me lancer une boule de neige, juste à côté de moi. Tellement proche. Mais aussi tellement loin…

« Aller souris. »

Alors je lui obéis. Je souris alors que mon pouvoir semble endormi. Jouer, je vais pouvoir jouer. Alors je façonne une boule de neige étrange que j'envoie dans l'épaule de la louve.

"Touché !"

Je me mets à rire sans raison. Je me sens bien.

"Alors amis ?"


CODAGE BY AILY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Zeta - Hikari
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an
SexeFemelle
MeuteHikari
RangApprenti Sentinelle
PouvoirMorsure du Démon
PuissanceGriffon - Améthyste
Zeta - Hikari
Messages : 608
Feux Follets : 34
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka] Mer 20 Juin - 20:32

«La dérive du corps»
Avec Tsoka

J’étais heureuse de voir ce petit être, ou plutôt cet individu ce lâcher avec une certaine confiance en lui. Je voyais enfin un sourire, certes forcé au début, mais il devenait de plus en plus naturel. Recevant sa boule de neige je souriais et rigolais avec gentillesse et douceur. Mon cœur se sentait plus léger et je laissais ce plaisir de la vie me remplir de joie. Je sautillais dans la neige, laissant mes traces s’encrer dans la douceur de la substance froide. Je me mis à lui tourner autour en trottinant comme le faisait les écureuils pour jouer ensemble.

« Viens Tsoka, on va faire la course. »

Je partais devant lui, sans lui laisser le temps de répondre. Ma réponse à sa question était sûrement indirecte, mais oui, on était amis, depuis que je l’avais vu on était devenu amis. Mon sang continuait à s’écouler sur mon pelage blanc, avec la vitesse il s’étalait de plus en plus sur mon museau, mais je n’y prêtais pas attention. Je me laissais glisser dans une petite descente finissant par me retrouver sur les fesses, puis allongé sur le sol en roulant. Je m’amusais tellement que cela me faisait énormément de bien. Je regardais derrière moi le mâle qui approchait à son tour. Je restais allongé dans la neige me camouflant au maximum pour tenter de lui faire peur après sa descente. Mon pelage m’était bien utile dans la terre du Nord, j’y avais ma place, je pouvais passer partout sans être vu.

M’enfouissant dans la neige, je cachais mes pupilles et mon museau. Le seul défaut auquel je n’avais pas fait attention était ma queue qui remuait dans tout les sens tellement j’étais contente. En même temps, je ne cachais pas tellement ma joie de vivre.
© Codage par Zagan.


Je suis #990000


ancien Kit par maman♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La dérive du corps [PV - Tsoka]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» avalon; nos corps à la dérive
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» La lune s’attardait sur leurs corps endormis
» Garde du corps particulier cherche employeur aisé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryûtora :: Terres Neutres :: Terres du Nord :: Les Glaces Éternelles-
Sauter vers: