lienlien
Navigation
Rp's libres
Rencontrer la meute [ft. Kuragari] (par Wistala)

Une petite marche dans le désert quoi de mieux pour se refaire une santé [ft. All] (par Léatrice)

L'aurore bauréale [ft. All] (par Vénus)

Cueillette hivernale [ft. Kuragari] (par Zenaïs)

Marche tranquille [ft. All] (par Zaliha)

Qui je peux embêter moi ? [ft. Kuragari] (par Yrkasi)

L'eclipse [ft. Hikari] (par Chenoa)

Hunter game [ft. All] (par Corpus)

Seul sans vraiment l'être [ft. All] (par Nehëmah)





 

« One is never so enslaved by yourself. » || PV. Nefarian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge3 ans et 3 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirChoix des Armes
PuissanceAile - Acier
Mercenaire - Vagabond
Messages : 133
Feux Follets : 82
MessageSujet: « One is never so enslaved by yourself. » || PV. Nefarian Jeu 10 Mai - 0:13

« One is never so enslaved by yourself. »
PV. Nefarian

Le jour. La nuit. Ces épisodes semblables et éternels semblaient s’enchaîner à une vitesse folle sous les yeux du gris. Au fond, que les jours passent, les uns après les autres, il s’en fichait pas mal. Il se foutait pas mal également du fait de prendre de l’âge avec eux. Il n’aspirait pas à avoir une existence éternelle. Trop réfléchi pour penser une seule seconde qu’il aurait droit à une forme de rédemption, de supériorité sur ce point, il fermait les yeux chaque soir avec l’optique de potentiellement ne pas se réveiller le lendemain. Il était encore dans la fleur de l’âge certes, il n’avait donc naturellement pas à s’inquiéter pour sa survie. D’ailleurs, était-ce vraiment une inquiétude ? Pas franchement. L’idée n’effleurait même pas les bords osseux de son crâne. Il préférait songer à des choses bien plus glorieuses, bien plus intéressantes ou ne penser à rien d’ailleurs. Broyer du noir, très peu pour lui. Il avait ce don de toujours voir dans des teintes diverses et variées, des nuances de gris qu’il captait avec le côté éphémère qu’elles avaient. Et ce soir-là, il n’avait pas fait exception. Le soleil avait disparu derrière la ligne d’horizon depuis déjà de très longues minutes. Il avait pourtant continué de marcher, non pas à la recherche d’un quelque chose, ni pas à la poursuite d’une destination ou d’un quelconque objectif, simplement pour fatiguer davantage son corps qui ne demandait pas encore suffisamment à sommeiller. Il avait ainsi laissé ses pattes le guider, ne choisissant ni vraiment la destination, ni vraiment la cadence. Et finalement, non pas exténué, mais las de continuer à trottiner pour un rien, Akihiko avait pris la peine de contenter son estomac grondant en dénichant un rat bien gras, avant de finalement abandonner toute force de résistance vis-à-vis de la gravité. Avachi à même le sol, couché à la belle étoile, il n’avait aucune peine et aucune crainte à fermer l’œil.

Il passa ainsi une longue nuit sans rêve. Rien ne vit aiguiller son repos, mais rien non plus ne vint le gêner ou lui échauffer l’esprit. Morphée lâcha finalement son emprise au moment où les premiers rayons du soleil parurent à l’horizon, plongeant le monde dans des nuances rouges-orangées. Ouvrant une paupière, puis l’autre, le Mercenaire prit le temps de voir bien net avant d’entamer quoi que ce soit. Laissant un bâillement venir secouer sa mâchoire encore au sol, il finit par relever la tête pour poser son regard violet sur un point fixe au loin. Est-ce qu’il fixait réellement quelque chose ou quelqu’un ? Pour le peu que ce quelque chose ou ce quelqu’un soit le néant, il était bien probable qu’il le fasse alors. Divaguant ainsi pendant une ou deux secondes, il reprit ses esprits en secouant vaguement sa caboche, comme s’il suffisait d’un peu de mouvement pour remettre en ordre ses idées. Se redressant en position assise, le gris prit le temps d’effectuer un brin de toilette rapide, le clôturant finalement par un secouage bâclé à la suite duquel il étira ses membres. Un à un, il tendit et détendit ses muscles jusqu’à retrouver une sensation plus ou moins normale dans les pattes. Et finalement, comme chaque fois, il leva l’ancre sans même un regard en arrière pour l’endroit où il avait passé la nuit, ne laissant derrière lui qu’une vague trace olfactive pour ceux qui passeraient éventuellement par-là, mais dont ils ne tireraient aucune information importante ou préjudiciable pour le solitaire. Un masque froid sur le visage, devant le soleil qui s’annonçait en ce début de matinée, le gris gagna le couvert des arbres, plongeant au cœur d’une forêt comme il en avait déjà vu, pour trouver un brin de fraîcheur.


©️ waize



Merci Hati ♥


Akihiko joue en #a39dcd
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge4 ans et 8 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirSpectre Asservi
PuissancePlume - Bronze
Mercenaire - Vagabond
Messages : 7
Feux Follets : 9
MessageSujet: Re: « One is never so enslaved by yourself. » || PV. Nefarian Mer 25 Juil - 10:16
 One is never so enslaved by yourself


   




Les premiers rayons du soleil venait se frayer un chemin jusqu'à mon pelage sombre réchauffant à la fois mon âme et mon corps. Cette nuit fut paisible. Seul, comme à mon quotidien, je cherchais à trouver ma voie, ce foyer dont tout le monde pouvait rêver. Beaucoup serait effrayé par l'idée de jamais rencontrer quelqu'un capable de lui tenir compagnie, une journée même. Mais pour ma part, ce n'était aucunement un calvaire. Ma force de caractère allait bien au-delà de tout. Affronter mon passé semblait bien plus compliqué, étant donné que j'avais perdu ces joyaux qui m'étaient les plus chers au monde. Cette torsion dans ma poitrine ne pouvait que représenter l'effroi présente dans ce bas-monde. Colère et joie s'entremêlaient maladroitement, alors que solitude et compagnie s'éloignaient de plus en plus l'un l'autre. Un regard envieux vers les nuages et un simple sourire suffisait à me redonner force et bravoure. Une famille ? Je n'en avais plus. Désormais, tous ces liens ne m’enchaînaient plus. En contrepartie, j'avais hérité de cette lourde peine que devait supporter inlassablement mon cœur.

Le temps semblait changer petit à petit, laissant place à un voile d'ombre recouvrant une petite partie du ciel. Ce dernier disparaissait de mon champ de vision à cause de la forêt dans laquelle je pénétrais. Cette clairière était à la fois paisible et belle. Un sourire en coin se dessinait jusqu'à ce qu'une odeur fit son apparition à une centaine de mètre face à moi. D'un pas prudent et serein, je m'avançais lentement vers cette source émettrice de l'odeur. J'avais déjà pister peu de temps avant cette même senteur avant de rentrer dans la clairière, sans y prêter la moindre attention. Mais devenant plus forte, je devais juste m'en méfier et rester sur mes gardes. Il était évident que c'était un autre loup. À peine le temps de réfléchir que je me retrouvais à une dizaine de mètres de l'intéressé, montant moi-même sur un petit rocher pour l'observer de haut. Sans rien dire, mais ne me dissimulant pas, j'observais cet individu.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge3 ans et 3 mois
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirChoix des Armes
PuissanceAile - Acier
Mercenaire - Vagabond
Messages : 133
Feux Follets : 82
MessageSujet: Re: « One is never so enslaved by yourself. » || PV. Nefarian Mer 15 Aoû - 16:18

« One is never so enslaved by yourself. »
PV. Nefarian

Pourquoi est-ce qu’il avait choisi ce lieu pour continuer son chemin ? Lui-même ne trouverait pas de réponse à cette question. Il ne se la posait même pas. Qu’importe où il mettait les pattes, il n’était nulle part chez lui et en aucun endroit totalement étranger non plus. Il n’était pas ce genre de Vagabond-là ou même de loup à s’attacher à lopin de terre. Encore moins le genre à avoir des habitudes bien établies, si ce n’est de toujours tout laisser en plan et de ne jamais regarder en arrière. Il n’avait pas besoin d’attaches. Il n’avait pas besoin de se sentir chez lui. Pas besoin non plus de se sentir bien accueilli par qui que ce soit ou quoi que ce soit. Il se fichait pas mal de l’avis des autres, et même de celui du monde. Après tout, il n’avait pas fait le choix de naître en ce bas-monde, il s’accommodait déjà de ce simple présent, alors autant ne pas tenter d’aggraver la situation en s’attachant en plus aux coutumes étranges des autres. Non. Il était bien seul. Il était bien à avancer seconde après seconde. Vivre au jour le jour. Voir ce que la vie pourrait bien lui apporter. Prendre ce qu’il peut prendre et ne pas trop lorgner sur le reste. Surtout, ne jamais rechigner sur le passé. Inutile de regarder en arrière quand l’avant vous tend les pattes. Pas vrai ? Du moins, c’était là la façon de penser, d’être et de vivre du loup gris. Un rien sur le visage, un rien dans l’âme, il mettait une patte devant l’autre, marchant calmement dans cette forêt qu’il avait déjà traversée plusieurs fois. Est-ce qu’il s’en formalisait ? Pas plus que ça. Tout comme il ne se formalisait pas de savoir s’il piétinait ou non le territoire d’un congénère.

Peu importe. Il se sortirait toujours de toutes les situations. Et si un jour cela ne devait arriver, alors c’est que son destin était de finir là, ainsi. Il n’y avait aucune raison pour que lui, vive dans la peur, dans l’angoisse. Non. Autant ne pas se formaliser de ce qui inquiète généralement le reste du monde. Tant qu’à vivre libre, autant l’être vraiment. Il était ce genre de loup suffisamment détaché des us et coutumes pour pouvoir prétendre n’avoir que trop peu d’attache à ce monde-ci et à ces valeurs. Valeurs qu’il avait, bien que notoirement différente. Valeurs qu’il ne partageait avec personne. Et s’il ne tiquait pas pour grand-chose, s’il ne faisait pas spécialement attention aux odeurs et autres indices révélant une présence quelconque, un petit quelque chose s’alluma dans sa caboche, montant au plafond. Et comme si soudainement, il prenait conscience du monde qui l’entourait et qui pouvait vivre, le gris se mit à regarder avec d’avantage d’attention les détails de chaque arbre, écouter le bruit que faisait chacun de ses pas, sentir chacune des odeurs présentes. Et si de sixième sens, il ne lui était pas donné, pas plus qu’à ses autres congénères, quelque chose de fin, de ridicule, de presque imperceptible, le fit rehausser intérieurement le niveau des palissades que d’autres appelleraient probablement prudence. Pourtant, s’il avait bien flairé ce fumet de loup qui semblait s’intéresser à lui, s’il avait bien entendu quelques bruissements de pas ici et là, quelques longueurs de queues derrière lui, il fit mine de ne pas s’en formaliser. Un tel point que rien ne se fit changeant dans sa démarche et sa façon de se dévoiler. Pas un pas plus hésitant. Pas non plus un pas plus rapide ou angoissé. Non. Toujours cette même aisance, cette même décontenance et ce même détachement.


© waize



Merci Hati ♥


Akihiko joue en #a39dcd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « One is never so enslaved by yourself. » || PV. Nefarian
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryûtora :: Terres Neutres :: Terres de l'Ouest :: Forêt du Crépuscule-
Sauter vers: