lienlien
Navigation
Rp's libres
Rencontrer la meute [ft. Kuragari] (par Wistala)

Une petite marche dans le désert quoi de mieux pour se refaire une santé [ft. All] (par Léatrice)

L'aurore boréale [ft. All] (par Vénus)

Cueillette hivernale [ft. Kuragari] (par Zenaïs)

Marche tranquille [ft. All] (par Zaliha)

Qui je peux embêter moi ? [ft. Kuragari] (par Yrkasi)

L'eclipse [ft. Hikari] (par Chenoa)

Hunter game [ft. All] (par Corpus)

Seul sans vraiment l'être [ft. All] (par Nehëmah)





 

Apogripha, une âme de pierre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Oméga - Kuragari
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge2 ans et 9 mois
SexeFemelle
MeuteKuragari
RangOméga
PouvoirDon de la Méduse
PuissancePlume - Platine
Oméga - Kuragari
Messages : 38
Feux Follets : 36
MessageSujet: Apogripha, une âme de pierre Sam 13 Oct - 22:02
Apogripha
« Petite citation. »

Âge : 2 ans et 7 mois
Sexe : Femelle
Meute : Kuragari
Rang : Oméga
Pouvoir ; Don de la Méduse :Apogripha à découvert assez tôt la capacité de sculpter la matière, tel le bois ou encore les troncs, le sable, absolument toutes les matières. C'est en quelques sortes ses amis, les seules créatures qui ne lui feront jamais de mal. Elle appréciait passer du temps à créer ses œuvres sans vie qui juste avec sa pensée se transforme en ce qu’elle désire. Mais ces créatures étaient spéciales. Apogripha divisait son âme pour offrir la vie à ses créations. Ainsi, elle peut voir à travers les yeux et les animer.
Suivant ce qu’elle veut faire et ce qui se trouve à proximité d’elle, elle utilisera plus la roche pour créer quelque chose de robuste, les arbres seront utilisés pour une chose plus souple. Le sable pour ne subir aucun dommage. Chaque matière a ses avantages et ses inconvénients, Apogripha jouera avec les capacités de chacun pour se protéger des autres.
A long terme, Apogripha pourra insérer entièrement son âme dans une sculpture pour devenir elle, son corps et donc sans vie durant ce laps de temps entouré d’une bulle blanche assez fragile.
Paliers: (CF: Ici)
Plume : Apogripha ne peut créer que 4 sculptures et ne tient que 1 heure. Elle les contrôle qu’a une distance inférieure à 3 mètres.
Aile : Apogripha ne peut créer que 6 sculptures et ne tient que 2h30. Elle peut les contrôler sur une distance de 10 mètres.
Phoenix : Apogripha ne peut créer que 7 sculptures et ne tient que 5 heures. Elle les contrôle sur une distance de 15 mètres.
Griffon : Apogripha ne peut créer que 9 sculptures et ne tient que 7h30. Elle les contrôle sur une distance de 20 mètres et commence à insérer son esprit dans une créature pour devenir cette dernière, elle ne peut rester que 10 minutes dans cet état.
Dragon : Apogripha peut créer jusqu’à 10 sculptures et tient une demi-journée. Elle les contrôle sur une distance de 25 mètres et peut insérer toute son âme dans une seule créature pour 2 heures.
Caractère

Chaque jour, elle entend des insultes provenant d’une voix féminine, chaque jour, elle encaisse ce que les autres lui font subir. Elle se fait battre sans résister, mais la voix de cette femelle la hante chaque jour, chaque nuit depuis si longtemps. Dans sa voix, elle ressent ce sentiment qui l’attire, elle savait que sa naissance n’avait pas était désiré, et cette femelle qui s’acharnait sans cesse en cachette la rendait un peu moins vivante.
En grandissant, Apogripha s’est transformé, de la joie de vivre et passé à la tristesse et la dépression. Se faisant chaque jour harcelé par une louve dont elle ne connait pas le nom, elle s’est renfermée sur elle-même en survivant difficilement. Sa vie n’est pas toujours facile, mais elle a appris à vivre ainsi, en se débrouillant seule.
Apogripha reste tout de même une louve très aimante, celui qui l’a accepté malgré son handicap lui est très cher. SI cher, qu’elle ne sait pas ce qu’elle deviendrait s’il l’abandonnait à son tour. Pourtant, elle reste tout de même distante envers lui, de peur qu’il découvre tout ce que la femelle inconnue lui fait subir. Jamais elle n’avait versé une larme, elle ne voulait pas montrer aux autres la souffrance qu’elle ressentait.
Ne voyant rien du tout, Apogripha à une peur bleue de l’eau. Quand il pleut, il est impossible de la faire sortir de sa grotte, elle serait prête à tuer pour ne pas entrer en contact avec ce fluide. Néanmoins, il est possible qu’elle prenne un bain dans une petite rivière que si elle est accompagnée de son père adoptif et seulement lui. Elle ne fait confiance qu’a ce canidé et personne d’autre. Sa confiance et une chose qu’elle n’offre pas, il faut la gagner et cela prend énormément de temps.

Physique

Apogripha a hérité du magnifique pelage de sa mère, ainsi que de sa grand-mère, un brun/roux flambant sous les rayons du soleil. Un magnifique pelage, qu’elle ne prend pas aussi soin que sa mère le faisait. Si elle n’avait pas eu cet accident qui a changé toute sa vie, elle aurait eu les yeux d’un magnifique orange mélangé de rose comme le couché de soleil. Seulement, ce magnifique regard est devenu aussi blanc que la neige, voilant ses iris. La vue disparue sans laisser la moindre de trace et le monde lui devint inconnu.
Sa corpulence n’est pas très avantageuse, elle est très mince, à la limite de l’anorexie, son rang ne lui permet pas de se nourrir correctement. Elle a appris à vivre ainsi, des quelques os qui restait dans le tas de nourriture, et par moment elle se faisait chasser par les autres qui appréciait entendre son estomac crier famine.
Néanmoins, son pelage fourni cache ce manque de nourriture qu’elle subit, et cache ainsi les cicatrices qu’elle porte au niveau des yeux.


Histoire

Il y a bien longtemps, deux louveteaux sont nés le même jour, venant de deux familles ennemies depuis très longtemps. Elles avaient mis au monde chacune, une boule de poil. La première mère donna naissance à une belle louvette, et la seconde mit au monde un mâle gris très robuste.

La petite femelle, devenue une belle louve au pelage brun/roux à réussi à faire ses preuves dans le domaine de la chasse. Elle était aimée par ses proches et le reste de la meute Kuragari. C’était un véritable petit rayon de soleil. Elle avait appris les bonnes manières, à être toujours présentable devant les autres. C’était en quelques sortes la louve parfaite des pattes à la truffe.

Cette petite beauté attirait facilement le regard des mâles, mais un seul lui donnait envie de se perfectionner encore plus. Le mâle provenant de la seconde famille. Plus s’est interdit de toucher quelque chose et plus on désire le tripoter, c’était ce qui se passait entre les deux êtres. Pour comprendre le mal-être qui existait entre les deux familles, les jeunes canidés désiraient se rencontrer. A chaque fois qu’ils en avaient l’occasion, le mâle et la femelle se retrouvèrent en dehors de la meute à sympathiser ensemble, ils étaient comme les meilleurs amis du monde.

Devant les autres canidés, les deux individus faisaient comme les autres, montrait les crocs, mais a force cela les faisaient plus rire qu’autre chose. Ils continuèrent à vivre ainsi caché aux yeux de tous, laissant leur amitié grandir secrètement jusqu’à ce qu’elle atteigne un point critique qui dériva en un amour passionné. La vie n’était pas toujours facile, ils ne pouvaient plus se regarder sans sentir leur cœur battre de toute leur force dans leur poitrine. La vie devenait dure à vivre et le mâle ne pouvait supporter de voir sa tendre femelle se faire courtiser par les autres. Mais les deux amants surmontèrent chaque jour qui passait avec l’espoir de réconcilier les deux familles pour pouvoir sortir au grand jour. Ce doux rêve les aidait à maintenir leur secret pour continuer à vivre heureux, enfin presque.

La période des chaleurs venait d’arriver après 1 mois sans incident. La louve rousse sortit chasser seule comme à son habitude pour ne pas perturber son compagnon âgé de 2 ans, mais ce jour-ci, il la rejoignit pour la courtiser. La femelle, hésita longuement avant de refuser une première demande, mais le mâle devenait de plus en plus insistant à la limite de la violence, il lui disait que c’était la clé pour qu’il puisse vivre leur histoire au grand jour, que c’était la progéniture de leur amour interdit qui réunirait les deux familles. C’était de belle parole et au fond d’elle, la femelle voulait y croire de tout son cœur, alors elle laissa son compagnon lui offrir la vie en espérant que sa portée serait acceptée auprès de ses parents.

Les mois s’écoulèrent normalement et la femelle avait caché l’identité du père jusqu’ ce qu’elle mette bas. De son ventre sortirent trois boules de poil, une louve rousse et deux mâle gris comme le père. La nouvelle mère les aimait de tous son cœur, elle avait prié les cieux avec espoir qu’ils seraient tous acceptés et surtout qu’ils accepteraient le père de ses enfants.

Les heures qui suivirent l’accouchement, le mâle venait enfin voir sa descendance. Il semblait normal et porta son museau sur les trois corps qui dormait contre le flanc de la femelle. Les parents de la louve arrivèrent pour avoir plus d’explication sur le venu soudaine de leur ennemi et à ce moment-là, ne sachant comment réagir devant ses parents, la louve grogna contre le mâle qui avait touché à ses petits. Les deux amants venaient de comprendre que jamais ils ne pourraient vivre heureux ensemble, alors il se retira en jetant un regard rempli de haine aux parents de sa femelle. Fou de rage, il écrasa chaque oméga qu’il y avait pour déverser sa colère, mais ils n’étaient pas suffisamment nombreux pour qu’il soit satisfait.

Les jours passèrent et le gris ne pouvait s’empêcher de voir sa progéniture. En pleine nuit, il pénétra à l’intérieur de la tanière de la femelle, se couchant près d’elle et observait ses louveteaux qui ne cessaient de bouger pour se mordre les oreilles. Les deux amants s’endormirent ensemble, au creux des deux êtres sommeillaient les trois louveteaux.

La petite loupiotte se sentait en sécurité auprès de ses parents et de ses frères. Mais le réveil fut brutal pour la famille. La grand-mère de la louvette venait de tirer sa fille par la peau du cou avec force, comme si ce n’était qu’une vulgaire proie. La petite louve rousse ne comprenait pas ce qui arrivait et le père garda près de lui ses enfants en grognant contre le grand-père.

Folle de rage, la grand-mère, propulsa sa propre fille contre un arbre et se précipita vers la tanière pour assassiner les trois louveteaux. Le père essayait de défendre ses petits contre les deux canidés qui ne voyaient plus que leur haine envers le mâle et les enfants indigne de faire partis de leur famille. Elle griffa les yeux de la femelle rousse, la petite louve morte de peur hurlait de douleur et de terreur, le père la pris dans sa gueule pour la cacher derrière lui tout en protégeant le reste de sa portée. La mère des trois louveteaux se rua sur ses propres parents essayant de protéger sa nouvelle famille. Elle avait décidé de s’imposer, d’imposer les membres de sa famille et qu’elle se fichait de leur consentement. Malheureusement, la femelle était bien plus faible physiquement que les deux guerriers et les parents tuèrent leur propre fille.

Voyant la scène, le nouveau père ne pouvait rejoindre sa belle qui venait de perdre la vie loin de lui. Les oreilles en arrière, il tenta de sauver les trois derniers membres de qui faisait partie de son cœur, il posa un louveteau sur son dos et goba les deux autres dans sa gueule. Prenant la fuite par un passage qui se trouvait derrière la tanière, le grand-père venait de réussir d’attraper le louveteau gris qui était sur le dos du père et le tua sur le cou. Il ne restait plus que la petite rousse et le jeune gris qui couinaient ensemble. La grand-mère attrapa le père et le fit tomber, les deux boules de poil tombèrent par terre et la rousse se brisa une première patte avec la chute. Le père combattait les deux canidés en s’acharnant dessus. Ses parents virent l’aider en lui disant de fuir le plus loin possible et qu’ils défendraient leur petit-enfant au péril de leur vie. Le père prit sa fille dans la gueule, et quand il approcha du jeune mâle, ce dernier avait était transpercé par un morceau de bois. Les boyaux à l’air, le père ne pus pleurer la mort de son second enfant. Il ne lui restait plus que celle qui ressemblait à sa mère, l’amour de sa vie.

Il emporta la femelle loin de la meute, le plus loin possible, mais il se rendit vite compte qu’il lui était impossible de la nourrir. Elle n’avait que quelques jours et la mort l’attendait déjà. Il ne connaissait personne hormis la guérisseuse de leur meute qui était une louve douce et qui comprendrait la situation du père.

En pleine nuit il alla retrouver Zenaïs dans sa tanière et déposa le corps de la petite louve. Ses yeux étaient remplis de sang et une de ses petites pattes, c’était brisé. Il n’avait pas besoin de lui expliquer la situation dans laquelle il était, elle le savait parfaitement, ayant dû apercevoir la tragédie qu’il s’était produit quelques heures plutôt.

Il n’avait pas le courage de voir sa fille mourir, alors il la laissa auprès de la guérisseuse et lui donna le nom d’Apogripha en souvenir de sa mère décédée. C’est en pleurant que le père partit sans donner le moindre signe de vie.

La guérisseuse s’occupait des blessures de la petite louve, lui désinfectant les yeux et s’occupa même de trouver une femelle qui avait accepté de nourrir la femelle le temps qu’elle soit sevré. La louvette n’a jamais pu recouvrer la vue et resta plongé dans le noir absolu.

A ses 3 mois, un mâle était venu la récupérer, elle était enfin prête à se mêler au milieu des autres canidé de la meute, Rhapsody veilla sur la jeune louve de loin et l’accepta au près de lui pour l’aider à grandir. Mais Apogripha avait une corpulence fragile et avec son handicap, elle ne survivrait pas longtemps en dehors de la meute. Son destin était tracé dans le marbre, mais son nouveau père, en tout cas, celui qu’elle considérait comme un père l’avait tout de même accepté.

A 5 mois, elle découvrit son pouvoir, créant des sculptures de pierre, elle parvenait à diviser son âme pour l’insérer dans la créature de pierre et voir à travers leurs yeux. Elle pouvait voir de nouveau le monde, mais à sa manière et cela l’épuisait énormément.

Elle devint à ses 1 an oméga de la meute Kuragari sans aucune honte. Elle encaissé les coups sans rien dire sans pleurer. Rhapsody lui avait appris à être forte mentalement, et c’est ce qu’elle faisait. Les années passèrent et Apogripha se renferma sur elle-même, ne parlant pratiquement plus à celui qui l’avait recueilli. Elle essayait de se protégeait mentalement des autres en les évitant. Restant silencieuse jour et nuit, elle n’avait pas d’ami, pas de confident, elle était seule comme une solitaire.

Un peu de vous

PUF : Nayu
Âge : 19 ans
Autre : Un jour je m'arrêterais peu-être xD

Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Bon
Santé:
73/100  (73/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirSpectre d’Éther
PuissanceAile - Acier
Mercenaire - Vagabond
Messages : 125
Feux Follets : 73
MessageSujet: Re: Apogripha, une âme de pierre Sam 13 Oct - 22:23
UN JOUR JE SERAI LE MEILLEUR DRESSEUR //PAN//


Nilaya - Spectre d'Éther - Mercenaire Vagabonde


Merci Meerly ♥️

Nilaya:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirTyrannie de l'Adepte
PuissanceAile - Granite
Mercenaire - Vagabond
Messages : 53
Feux Follets : 44
MessageSujet: Re: Apogripha, une âme de pierre Dim 14 Oct - 12:11
JE ME BATTERAI SANS REPIIIS Very Happy
Ma fifiiiiiiiiiilllleeeeeeeee (Tsad est le prochain que je fais promis)


Azazel pour vous servir
Revenir en haut Aller en bas
Oméga - Kuragari
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge2 ans et 9 mois
SexeFemelle
MeuteKuragari
RangOméga
PouvoirDon de la Méduse
PuissancePlume - Platine
Oméga - Kuragari
Messages : 38
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Apogripha, une âme de pierre Dim 14 Oct - 12:32
Fini **


Revenir en haut Aller en bas
PNJ - Esprit
avatar

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
ÂgeInconnu
SexeInconnu
MeutePNJ
RangEsprit
Pouvoir//
PuissanceInfinie - Illimitée
PNJ - Esprit
Messages : 1755
Feux Follets : 2612
MessageSujet: Re: Apogripha, une âme de pierre Dim 14 Oct - 20:35
Douce fiche pour une douce louve. Je suis triste de lire son histoire mais sereine de savoir que des loups veillent sur elle. C'est une bonne fiche et je suis vraiment contente de pouvoir valider la première oméga des Kuragari ! **

Tu es validée jeune louve ! Que ton Don de la Méduse soit exposé à la terre entière.



PNJ - NE PAS MP

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Apogripha, une âme de pierre
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS
» Les dix commandements du libéralisme mondialisé . ERICQ PIERRE PAS LADAN !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryûtora :: Administration :: Identité :: Fiches Validées :: Kuragari-
Sauter vers: