lienlien
Navigation
Rp's libres
Rencontrer la meute [ft. Kuragari] (par Wistala)

Une petite marche dans le désert quoi de mieux pour se refaire une santé [ft. All] (par Léatrice)

L'aurore boréale [ft. All] (par Vénus)

Cueillette hivernale [ft. Kuragari] (par Zenaïs)

Marche tranquille [ft. All] (par Zaliha)

Qui je peux embêter moi ? [ft. Kuragari] (par Yrkasi)

L'eclipse [ft. Hikari] (par Chenoa)

Hunter game [ft. All] (par Corpus)

Seul sans vraiment l'être [ft. All] (par Nehëmah)





 

Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Mar 20 Nov - 20:32
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir

Viens... Rejoins-moi...

Tu l'entends. Cette voix. Elle te guide. Elle te mène. Vers le gouffre. Vers une délivrance. Vers une liberté que tu devrais te permettre. Pourtant, tu te stoppes. Tu sais que cette voix n'est pas la sienne, même si elle lui ressemble étrangement. Elle n'est pas réelle. Elle doit être une âme perdue qui veut te tromper. Elle ne voudrait pas que tu t'en ailles de ce monde tant que votre fille y est encore. Elle ne voulait que ton bien, et elle est morte pour que vous viviez. Tu dois te battre pour elle, et ne pas tomber dans les griffes de ce piège qui manque de se refermer sur toi. Tes griffes s'enfoncent dans la terre pour te retenir alors que ta tête te demande de la suivre. Cette voix qui t'appelle, elle a besoin d'une réponse et tu dois être celui qui doit lui donner. Ta tête a envie de la rejoindre et de lui dire. De lui dire les quels mots qui pourraient te sauver. Pourtant, tu ne bouges pas. Pas alors qu'une autre petite voix t'ordonne de ne pas faire le moindre pas dans la direction de l'ennemie. De cette mort certaine qui ne peut qu'être réservée à ta personne. Tu suis cette petite voix. Tu empêches l'autre de te faire bouger. Tu ne fais qu'entendre cette voix douce, bien plus demandeuse qu'ordonneuse.

Vis, vis, vis et sois celui que tu dois être.

Tu baisses la tête en entendant cette voix. Tu sens l'emprise de l'autre se défaire alors que tu revois le monde tel qu'il doit être. Tu revois les couleurs qui étaient alors grises. Tu revois le monde tel que tu as l'habitude de le voir. Tu secoues la tête, retirant définitivement cette voix pendant quelques heures. Tu sais qu'elle reviendra, elle revient toujours quand tu es le plus faible.

Tu te mets à marcher sur cette terre que tu découvres. Elle n'est pas ta favorite, mais tu t'y plais quand même.
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
Meerly

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an et 11 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangApprenti Guérisseur
PouvoirNature Volatile
PuissanceAile - Obsidienne
Vagabond
Messages : 146
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Jeu 22 Nov - 22:09
I'm at one, and I've been quiet for too long
I found peace in your violence

Tout avait changé depuis quelques temps dans la vie de la petite perle Nacrée. Elle avait bien grandit depuis son arrivée sur cette terre et elle avait l’impression d’être devenue une toute autre louve. Une louve beaucoup plus indépendante, beaucoup plus téméraire mais surtout plus intelligente. Je ne parle pas de l’intelligence commune, où on réfléchit, où l’on cherche une solution, mais seulement l’intelligence où l’on essaie de comprendre les choses, où les capte différemment, mais surtout où on tente de réfléchir avant d’agir. Elle n’était plus aussi instinctive qu’auparavant, plus aussi impulsive, mais beaucoup plus réfléchie. Comme si les évènements qu’elle avait supporté dans les mois qui avaient précédé l’avaient fait devenir celle qu’elle avait toujours voulu être. Cette louve qui impose ses choix, mais surtout qui demeure plus intelligente que les autres. Je ne saurai vous dire si elle l’est réellement, mais elle est différente c’est certain. Elle a des sens beaucoup plus développés que la moyenne, mais surtout une sensibilité digne des anges. Elle se laisse souvent beaucoup trop allé, mais elle l’accepte. Elle laisse beaucoup trop souvent ses sentiments parler à sa place, mais elle l’assume. En réalité, je me demande même si elle est seulement louve et non pas la Nature elle-même déguisée sous le masque lupin.

Meerly n’était plus la petite chose toute fragile qu’on a peur de briser, non, elle était devenue une louve, une vraie. Elle savait parfaitement dompter ses émotions dorénavant. Elle savait les cacher sous un masque de neutralité. Mais il y a bien deux choses qui ne disparaîtront jamais de son esprit, son coeur et son corps : sa bonté et sa pureté. Elle sera toujours cette louve qu’on ose à peine frôler de peur de la briser, cette louve qu’on hésite à approcher de peur de la souiller … En réalité, son pelage blanc représentait parfaitement son caractère ainsi que son comportement. Elle était aussi limpide, aussi blanche que son pelage. A tel point qu’on pouvait facilement lire en elle comme un livre ouvert. Elle n’avait pas la parole, mais on savait parfaitement ce qu’elle pensait. Elle n’avait jamais su réellement cacher ses émotions … En fait, je me demande même si elle avait tenté un jour. Même en étant muette, elle est sans doute la louve la plus franche de cette terre selon moi. Mais ce que je me demande surtout c’est : serait-elle la même avec la parole ? N’aurait-elle pas peur, justement, de dire ce qu’elle pensait réellement ? J’ai un doute. Elle est tellement gentille, tellement douce qu’elle n’arriverait certainement pas à dire ce qu’elle pense réellement, de peur de briser ou blesser son partenaire. Elle, on peut la briser volontiers, mais elle refusait catégoriquement de faire du mal volontairement. Ce n’était pas son rôle selon elle.

Délicatement, la petite louve posa ses coussinets sur le sol, avec un léger sourire. Elle était heureuse aujourd’hui. Elle ne saurait dire pourquoi mais elle l’était, alors elle voulait en profiter. Pour une fois, elle voulait profiter de la journée sans se soucier de ce qui pourrait lui arriver. Un regard en arrière et elle distingua ses corbeaux qui volaient au dessus d’elle, avec gaieté. En fait, elle avait l’impression de communiquer ses émotions à ses volatiles. Peut-être est-ce le cas après tout. Elle était protégée dorénavant, c’était sans doute la raison de sa joie. Que ce soit ses corbeaux ou Laliona, elle avait des personnes sur qui compter. Elle n’était plus seule. Plus abandonnée. Elle marcha tranquillement, regardant autour d’elle, imprégnant petit à petit le paysage dans sa tête tandis que le vent s’amusait avec son pelage. Ca faisait du bien d’être heureux pour une fois. Une odeur lui vint au museau soudain, une odeur de mâle. La jeune louve s’arrêta calmement, regardant autour d’elle et cherchant du regard l’émetteur de cette odeur. Rapidement, elle distingua un loup noir à quelques pas d’elle. Alors sans hésiter une seconde, elle reprit sa marche et le suivit calmement, ne se doutant pas que cela faisait penser à une traque et que ses corbeaux se méfiaient du mâle. Ils étaient tous dangereux selon eux.
©️ nightgaunt



Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Sam 24 Nov - 22:51
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir
Des fois il est si simple d'explorer. Beaucoup plus simple que de regarder la vie en face. Tu détestes le fait, non, tu ne le peux pas en réalité. La vie ne peut plus s'offrir à toi, plus comme avant. C'est totalement impossible. Tu ne le veux plus, tu ne le peux plus. C'est quelque chose que tu as décidé d'abandonner tout autant que tu as du le faire avec ta compagne. Elle est morte sans que tu aies pu l'approcher alors qu'elle était à deux pas. Tu te souviens de ce regard alors que tu as du l'abandonner. Tu te souviens de tant de chose. Tu voudrais tout oublier, mais cette voix te demande. Elle te demande de la suivre pour la rejoindre. Elle te demande de te souvenir. Mais tu ne peux pas. Parce que tu te souviens de ce regard plein d'espoir. Elle voulait que tu vives. Elle voulait que tu marques l'histoire. Mais tu es un incapable. Tu es un incapable qui fuit. Mais que peux-tu faire de plus ? Tu ne sais même pas si tes parents sont encore en vie, personne n'a de nouvelles d'eux depuis le drame. Tu ne sais plus rien, tu ne peux plus rien savoir. Peut être que tes parents sont morts pour que tu puisses te sauver avec ta fille. Et tout ce que tu trouves à penser, c'est de la rejoindre ? Après tout, tu n'as plus vraiment de raison de vivre. Elle qui était si belle. Elle qui était ton étoile. Elle qui a rejoint le ciel pour former une nouvelle constellation. Tu ne peux plus l'atteindre, il est bien trop tard. Trop de temps s'est écoulé, même ta fille est devenue une adulte. Pourtant, la voix se fait plus forte. Les deux voix qui se contredisent sont toujours là, prêtes à te faire flancher à tout moment. Tu es si partagé. L'une des voix t'ensorcelles. L'autre, choisit de t'en défaire. Mais il ne serait pas mieux de te laisser emporter ? Que peux-tu faire de plus dans ce monde ? Ta compagne est morte. Ta fille est entre de bonnes pattes, et tu n'as plus aucun contact visuel avec elle, tu ne peux que te référer à une description rapide de ton espion. Tu ne peux que te l'imaginer. Et cette image qui s'efface lui était si ressemblante... La compagne faite de feu s'efface, part de son imagination. Elle trace sa propre route, prouvant que l'étoile qu'elle forme désormais devient que plus étincelante. Tu l'oublies. Sa voix. Cette voix qui te ramène est son seul souvenir. Les autres ne sont que flous. Qu'une part de vérité. Peut être que celle-ci change, se transforme. Tu n'es plus capable de savoir.

Tu continues de marcher. Tu n'entends que le bruits de tes pattes, mais tu ne l'écoutes pas. Ni même celui des oiseaux qui piaillent au dessus de toi. Tu ne penses plus qu'à elle. A rien d'autre. Tu te dis qu'elle est bien seule. Tu te l'imagines, encore et encore. Même si elle devient de plus en plus transparente. Tu te forces à la garder, comme si tu pouvais la retenir. Si bien que tu la vois apparaitre sur ton chemin. En travers de ta route. Une louve d'une rousseur devenue transparente. Tu la vois comme de la brume que le feu dévore. Tu vois son regard se poser sur toi. Tu la vois disparaitre en un hochement de tête, si bien que tu t'effondres presque. Tu en as marre de la voir disparaitre dans le jour. Chaque jour c'est la même chose. Elle vient. Elle t'observe. Elle disparait. Comme une brume qui s'évapore quand on veut l'attraper. Tu as envie de la rejoindre, mais tu sais que tout se précipite quand tu le fais. Tu observes la brume s'envoler alors que tes pattes te lâchent.

Sois fort, je ne t'oublie pas.


Mon ventre rencontre doucement le sol qui m'accueille comme un pardon. Comme un réconfort que je peux atteindre. Je m'offre à lui. Je laisse ma tête reposer dessus sans avoir peur du moindre danger. Je ferme les yeux, essayant de retenir cette douce image qui s'efface plus le temps passe.
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
Meerly

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an et 11 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangApprenti Guérisseur
PouvoirNature Volatile
PuissanceAile - Obsidienne
Vagabond
Messages : 146
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Mer 5 Déc - 20:44
The world can be a nasty place
Put down the weapons you fight with

En fait, plus le temps passe, plus tu deviens quelqu’un de bien petite louve. Tu es devenue une louve dont la plupart de tes congénères auraient besoin. Une louve qui pourrait les guider où qu’ils veuillent, sans même parler, une louve qui pourrait les guérir de leurs pires maux. En réalité, heureusement que Valkyrie est présente : elle a pu t’offrir l’instruction dont tu avais besoin. Tu n’avais pas réussi à avoir l’éducation d’une mère, d’un père ou bien même d’une meute, mais Valkyrie te l’avait offerte sans même que tu en poses la question. Elle avait réussi te rendre comme tu es actuellement. En fait, ça nous rendait véritablement heureux. Car on pense que grâce à elle, tu n’aurais pas spécialement besoin de nous. Tu saurais te défendre seule. Oh bien évidemment, nous seront toujours là pour te protéger et te défendre, mais nous ne pouvons te soigner. Nous n’avons pas les ressources nécessaires, alors que tu saches t’occuper seule de toi-même est utile. Tu as grandi petite chose, réellement. Nous en sommes fiers. Fiers d’être les amis que tu avais besoin, fiers d’être ceux sur qui tu peux réellement compter. Oh bien sûr, tu avais Laliona désormais mais nous ne lui faisons pas confiance. Il paraît trop perturbé pour pouvoir te défendre réellement. Et puis méfies-toi petite chose, il demeure un mâle : il pourrait partir aussi vite qu’il est arrivé. Aussi vite qu’il t’a apprivoisé.

Délicatement, la petite louve ne cessait de suivre du regard et du corps le loup qui la précédait. Elle se demandait réellement ce qui pouvait faire en sorte qu’il soit si mal. Car même si elle ne le connaissait pas, elle pouvait ressentir son mal être. En fait, elle avait l’impression que plus le temps passait, plus elle avait le sentiment de découvrir des choses qu’elle n’imaginait pas. Des choses qu’elle ne pensait pas. Elle avait l’impression de ressentir l’aura des loups qui pouvaient l’entourer au fil des années, des mois, qui passaient. Elle avait le sentiment qu’elle remarquait des choses que peu peuvent ressentir. En réalité, elle se demandait si son handicap ne lui conférait pas un certain sixième sens. Ce qui était réellement le cas. Ne dit-on pas que les animaux, les personnes, ayant un handicap physique avaient souvent un sixième sens. La preuve avec les loups muet, ils ont une meilleure vue ou une meilleure empathie souvent. Les loups aveugles, ont une meilleure ouïe. Tandis que les loups sourds ont souvent une meilleure vue que la plupart de leurs congénères. C’est pourquoi, elle comprenait pourquoi elle avait une meilleure empathie et une meilleure vision des choses. Car en étant muette, elle observe davantage ses congénères. Elle se rend plus facilement de leur mal être, de leur tristesse. Et ne pouvant les juger, elle ne peut qu’être compatissante en réalité.

Soudain, le loup s’écroula au sol. La louve se stoppa net en penchant la tête sur le côté. Elle avait donc raison : il était mal. Mais était-ce un mal physique ? Un mal mentale ? Ou tout simplement juste un coup de mou comme la plupart peuvent avoir durant un hiver ? Elle ne saurait le dire. Délicatement, elle leva la tête vers le ciel et sembla respirer l’air. Il n’y avait aucune odeur de décomposition. Aucune odeur du à une certaine maladie quelconque. Il était simplement malheureux en fait. Alors, elle s’assit silencieusement, observant le loup et tentant de réfléchir. Elle aimait aider, mais celui-ci allait-il accepter d’être aidé ? Elle aimait rendre les loups heureux, mais ce dernier était-il prêt à être heureux ? Elle ne comprenait pas. Elle ne se posait pas autant de questions d’habitude. Elle y allait au feeling, fonçait tête baissée mais en ce moment c’était différent. Depuis qu’elle a rencontré Laliona c’était différent. En fait, depuis qu’elle l’avait rencontré, elle avait le sentiment qu’elle ne devait pas faire confiance si rapidement à ses congénères. Bien sûr, elle faisait confiance au loup noir mais pas autant qu’elle ne le devrait. Il lui avait fait peur et en même temps, elle était complètement intriguée. Il la tétanisait, et pourtant elle se sentait tellement bien à ses côtés. Il était sa sécurité autant qu’il pourrait devenir sa mort.

Finalement, la petite louve poussa un soupir silencieux. Délicatement, elle se releva et marcha vers lui. Là, elle passa à côté de lui et vint s’asseoir en face de son visage couché, tout en le fixant. Elle n’était ni mauvaise, ni méfiante. Le loup couché ne pouvait remarquer que la bonté dans son regard. Puis, elle finit par se coucher et se mettre dans la même position que lui, plongeant son regard dans celui du mâle pour tenter de le comprendre. Accepterait-il cette proximité ? Elle espérait réellement.
©️ nightgaunt



Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Mar 11 Déc - 20:09
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir
Le sol ne peut rien te dire. Il n'est pas méchant. Il n'a aucune once de méchanceté en lui. Le sol est un refuge, un refuge qui t'acceptes quoi qu'il se passe. Tu regardes derrière mes paupières fermées, l'ombre qui s'efface de ta belle. Elle qui est si triste. Elle que tu ne peux oublier. Son pelage de feu semble disparaitre dans une brume que tu ne peux en aucun cas retenir. C'est totalement impossible. Comment le pourrais-tu ? Tu es un loup aussi incapable que ceux étant dans les cieux. Tu es un loup qui ne sert à rien. Un loup à moitié mort, qui ne cesse de penser à quelqu'un qui ne peut revenir sur ce monde ennuyeux. Les autres se moqueraient de toi. Non, les autres se moquent déjà. Ils te regardaient avant. Ils te regardaient fuir, lorsque tu passais devant leur territoire sans même que tu ne t'en rendes compte. Tu te souviens de leur regard qui était comme... rieur alors que tu passais sans même vraiment le savoir. Tu revois leur pelage brumeux, leur pelage respirant cette haine que la famille avait envers l'autre. Tu te souviens de tant de choses que tu voudrais oublier. Tu voudrais tout oublier en réalité.  Même son existence, si cela peut te permettre de vivre comme un loup normal.

Tu sais qu'elle ne le voudrait  pas. Mais n'est-ce pas mieux ? N'est-ce pas meilleur d'oublier plutôt que de regarder quelque chose qui ne reviendra jamais ? Tu as juste des bribes. Des petites bribes, mais qui ne te font que plus mal en repartant. C'est un cycle qui se répète, un cycle que tu ne peux pas stopper, celui-ci continue coute que coute. L'oublie serait tellement mieux pour te faciliter la vie. Au moins quelques instants. Un jour. Une semaine. Même un mois. Juste le temps de te détendre. De vivre comme un loup normal, vagabonder dans les prairies sans avoir peur de dormir la nuit. Tu veux rester le loup impitoyable de tes chasses. Tu voudrais tant de chose.

Dans un grognement, tu relèves la tête vers le monde extérieur. Tu sens ton coeur se déchirer quand tu remarques qu'elle n'est véritablement pas là. Tu as toujours un espoir d'avoir tout imaginé, même si tu sais que c'est tout bonnement impossible. Une larme s'échappe pour couler sur ton pelage de cendre. Le monde est cruel pour ceux qui font des erreurs, aussi minimes soient-elles. Tu sers les dents. Une odeur règne sur l'endroit, et tu sais qu'elle appartient à un autre loup. Tu vois une louve blanche non loin de là, et bizarrement, tu ne la sens pas méchante. C'est d'ailleurs pour ça que tu n'attends pas pour lui demander d'un murmure.

- Je t'en prie... Je t'en supplie... fais-la partir...
 
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
Meerly

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an et 11 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangApprenti Guérisseur
PouvoirNature Volatile
PuissanceAile - Obsidienne
Vagabond
Messages : 146
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Lun 17 Déc - 19:11
Phone lights up my nightstand in the black
Just think of the fun things we could do

Tes parents sont-ils réellement des loups petite perle nacrée ? Parfois, nous nous le demandons. En effet, tu ne réagis pas vraiment comme une louve normale. Une louve normalement constituée devrait pouvoir chasser sans s’en vouloir, elle devrait connaître l’amour aussi rapidement qu’elle grandit, mais surtout à ton âge elle a déjà des louveteaux à son actif. Toi, on dirait que tu n’es qu’une loupiotte dans un corps adulte. Une loupiotte qui apprend à connaître la vie petit à petit, qui apprend le langage de tes congénères au fil du temps, mais surtout qui grandit au fil des années et non des mois. Te rends-tu compte à quel point tu peux être en retard face à une autre louve de ton âge ? Te rends-tu compte que tu parais plus attardée que muette ? En fait, nous avons l’impression que ton mutisme t’a rendu complètement à part des autres. Comme si tu t’étais constituée un monde entièrement à toi, un jardin d’Eden où tu t’y enfermes quand tu as peur. Parfois, nous sommes heureux qu’il existe, mais d’autres fois nous avons peur. Peur que tu te mettes à l’écart des autres, peur que tu te construises des remparts qui te protège de tout sauf que ton être. Tu n’es pas méchante, il faut que tu en sois consciente. Mais tu es si différente que tu pourrais te faire peur à toi-même. Fais attention s’il te plaît. Accepte la présence de Laliona dans ton monde, il te permettrait de t’ouvrir réellement à l’univers t’entourant.

Un regard sur le loup noir allongé et elle pencha la tête sur le côté. Il semblait bien différent des autres. Réellement. Malgré son mutisme, elle possédait comme un sixième sens en réalité. Comme si elle ressentait le mal être de ses congénères, leur malaise sans même leur poser une seule question. Peut-être est-ce de la compassion poussée ? Ou bien de l’empathie un peu trop grande ? Elle ne saurait le dire. Tout ce qu’elle pouvait en savoir, c’est qu’elle avait l’impression de voir comme une aura de malheur et de peine au dessus d’un loup qu’elle sentait malheureux. Les loups malades ? Elle ne les sentait pas. Elle sentait simplement la peine dans le coeur des autres. Comme si son handicap avait ouvert davantage son ventricule, lui permettant de laisser les autres y entrer sans difficulté. Mais c’était autant dangereux pour elle qu’adorable de sa part. En effet, des loups pouvaient se jouer d’elle. Ils pouvaient pénétrer son coeur avec facilité, mais ils pouvaient tout aussi bien le piétiner avec autant de facilité. Elle l’avait déjà vécu. Et pourtant, ça ne l’empêchait pas de continuer. Elle était bien trop gentille. La petite louve s’en rendait compte dorénavant. Elle se rendait compte à quel point elle laissait facilement la chance à autrui. Mais c’était différent aujourd’hui. Depuis qu’elle avait rencontré Laliona, elle avait changé, elle avait grandi en réalité. Elle savait reconnaître ceux qui pouvaient la haïr et ceux qui pouvaient l’apprécier. Elle savait faire un tri maintenant. Et elle le ferait, pour se protéger elle et sa future famille, elle se le promettait.

Une supplique sortit de la gueule du mâle face à elle et elle pencha d’autant plus la tête sur le côté. Là, délicatement, elle observa aux environs, ainsi que derrière elle et elle pencha une oreille. Personne. Mais de qui parlait-il ? Elle ne saurait le dire. Mais plus elle tentait de comprendre, plus elle avait le sentiment que ce loup était vraiment malheureux. Elle fit un pas en avant, vers lui, puis se ravisa et se rassit sur le sol, posant son regard sur le mâle. Que lui était-il arrivé ? Qu’avait-il vécu ? Pourquoi tant de tristesse dans un corps si fin ? Elle ne comprenait réellement pas. Et pourtant, elle tentait, réellement. Finalement, elle se releva et marcha timidement vers le mâle. Là, elle s’assit à ses côtés et tenta de poser son regard sur ce qui les entourait. Personne. Toujours aucune louve … Mais alors, de qui parlait-il ? Etait-elle tombée réellement sur plus fou qu’elle ? Etait-elle tombée sur un loup plus torturée que sa pauvre âme ? Sans aucun doute. Elle n’aurait jamais pensé cela possible. Et pourtant, elle se rendait compte dorénavant qu’elle n’était pas le centre de l’univers. Il y a toujours plus malheureux que soi. Elle en était convaincue maintenant. Alors délicatement, la petite blanche s’allongea aux côtés du mâle et déposa une légère lèche sur sa tempe. Pas par tendresse, mais par simple compassion. Et surtout, elle pointa du museau le fond de la forêt : personne n’était présent. Elle voulait lui montrer qu’ils n’étaient que deux, malheureusement pour le mâle. Finalement, elle se mit dans la même position que lui, attendant qu’il se calme.
©️ nightgaunt



Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Lun 17 Déc - 22:27
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir
Tu n'as pas envie qu'elle parte, mais pourtant c'est ce que tu souhaites de toute ton âme. Elle te crie qu'elle doit partir. Ta conscience te répète sans cesse que tu dois la laisser, que tu ne peux vivre en ne pensant qu'à elle. En te détruisant petit à petit. Tu ne peux rien faire quand elle est là. Pourtant, tout te laisse à penser que rien ne peut lui permettre de te fuir. Elle reste. Elle est comme attirée par quelque chose que tu ne contrôles pas. Tu la maintiens près de toi sans que tu ne puisses faire grand chose. Pourquoi te fais tu autant de mal? Pourquoi ne la laisses-tu pas fuir comme elle le devrait ? Tu serais si mieux. Tu serais enfin en paix. Tu pourrais refaire ta vie. Mais tu ne veux pas. Tu ne veux pas refaire ta vie sans elle. Tu ne veux pas perdre quelqu'un à nouveau. Ton petit coeur a déjà bien pris. Tu ne veux pas qu'il s'ne prenne plus. Tu veux juste vivre. Tu veux juste que tes sentiments partent. Tu ne veux plus rien ressentir.  Tu veux être libre. Tu veux être libre de tout ce qu'il existe sur cette terre. Tu veux sentir le monde sans penser à elle. Tu veux pouvoir courir sans l'imaginer à tes cotés. Tu veux pouvoir chasser une proie sans la voir t'en tender une avec des yeux pétillants d'adrénaline. Tu voudrais tant de choses. Elles ne te sont juste pas accessibles. Trop loins. Bien trop loins. Tu pourrais fermer tes sentiments au monde, tu pourrais imaginer que plus rien n'existe sauf la chasse. C'est ce que tu fais. Tu imagines le sang jusqu'à ce que cette soif te monte à l'esprit. Tu l'imagines jusqu'à en mourir, et on sait combien cela te rend incontrolable. Avant, tu le faisais, quand elle était là. Et tu manquais de la tuer. A plusieurs reprises. Tu lui a déjà sauté dessus pour la griffer jusqu'au saug. Elle t'avais ramené tu ne sais trop comment, mais tu te souviens de l'horreur qui t'avait serré le coeur. pourtant ses yeux n'étaient que compassion et amour. Tu lui avais fait mal, tu le sais. Elle saignait. Tu l'avais prise pour une ennemie, elle, ta compagne. Depuis tu ne voulais plus chasser par soif de sang. Et maintenant, tu ne demandes plus que ça. Chasser par soif de sang, pour te libérer de toute souffrance mental. Tu es mort avec elle tu le sais depuis le début. Tu ne veux plus vivre ainsi. Autant tout abandonner et devenir aussi vide qu'une coquille, juste pour suivre l'instinct du sang et du combat.

Tu vois la femelle faire des gestes de la tête, mais tu n'y fais pas attention, tu préfères garder ton regard dans le vide. Tu observes les arbres sans vraiment les voir. Tu vois leurs écorces, mais elles ne s'affichent pas dans ton esprit. Elles sont juste sous tes yeux, mais aucune représentation. Tu n'en as pas envie, tu ne veux pas le faire. Tu te contentes d'oublier, quelques instants, que tu es seul pour le restant de ta vie. Tu te contentes d'être calme, et de bruler de l'intérieur, comme quand ses flammes te brulaient, te rendant de cendre. Les cendres sont ta vie. Le feu devait les alimenté. Le feu est plus là, les cendres ne font plus que voler au guise du vent avant de se dégénérer en lui. Tu voles avec le vent. Tu le laisses te porter au fil de ses envies. Tu ne fais plus rien sans qu'il ne l'est décidé. Il est devenu le chef de ta vie, autant qu'elle est celle de tes nuits. Tu ne peux plus rien contrôler, ce sont les autres qui le font et tu te laisses faire aussi sainement qu'une plume se fait porter par la brise du soir.

Tu ne sens pas la louve qui s'allonge près de toi. Tu ne la regardes même pas, tu te fiches de ce qu'elle peut penser de toi, tout ce qui t'intéresse sont les malheurs que tu es obligé de porter. Tu poses ta truffe contre le sol qui te semble plus amical que les divinités ne le seront jamais. Si elles étaient un tant soit peu amicales, elles t'auraient aidé. Elles auraient vidé ta tête de toutes ses pensées sur elle. Elles te l'auraient retirée. Sauf qu'elle est toujours présente, parce qu'elles le veulent. Parce qu'elles sont sadiques comme tous les êtres de cette foutue terre. Tu as envie de crier. Tu veux crier toute ta souffrance au monde. Tu veux faire perdre la compagne des loups que tu connais. Enfin ils verront ta souffrance. Et si tu tuais le compagnon de la cheffe de l'autre meute ? Est-ce qu'elle serait plus gentille ? Non, elle serait détruite. Et si tu tuais celle qui a enlevé la vie de ta belle ? Tu voudrais tant voir la tête de son père. Enfin il comprendrait la souffrance qu'il t'a infligé. Enfin, tu te seras vengé. Enfin tu serais libre. Mais tu ne peux pas. Tu n'en as pas le droit. Même si tu en rêves secrètement tu le peux rien faire. Tu es incapable de la moindre chose. Enfin, sauf si tu deviens celui que tu veux être. Sauf si tu abandonnes la moindre trace de sentiment. Tout semble t'amener à dire que c'est le mieux, et peut être que tu le feras. Peut être que cette louve sera ta première victime. Il faut bien un commencement à tout. Et c'est en tuant ton contraire que tu deviens son contraire. Elle est douce et gentille aux premiers abords. Tu deviendras le monstre dont cette terre a besoin. Tu veux voir couler le sang. Tu veux le voir sur tes pattes. Tu veux qu'il te libère comme cette promesse que tu t'es faite de la venger. C'est avec ce sang que tu règleras tes comptes.     
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
Meerly

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an et 11 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangApprenti Guérisseur
PouvoirNature Volatile
PuissanceAile - Obsidienne
Vagabond
Messages : 146
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Lun 17 Déc - 23:47
With a taste of poison paradise
Don't you know that you're toxic

Tu devrais te méfier petite perle. Nous n’avons pas confiance en ce loup. Il semble perdu, comme s’il avait tout perdu en une fraction de secondes. Et ne dit-on pas qu’un loup ayant tout perdu est un loup qui est capable de tout ? Comme tuer n’importe qui ? Comme massacrer le monde entier pour retrouver ses proches au paradis ? Alors méfie-toi. Tu sais, avant d’être tes compagnons, nous avons voyagé dans le monde entier et nous avons vu des atrocités dont même toi n’as pas conscience. Nous avons vu un loup tuer une portée entière pour pouvoir avoir la louve dont il avait toujours rêvé. Nous avons vu un autre tuant un alpha pour prendre sa place. Nous avons aussi vu une louve caché ses petits dans une tanière, qu’elle pensait à l’abri, mais de l’eau les a noyé. Alors, oui méfie-toi. Les loups sont capables de tout quand ils ont tout perdu. Tu ne connais pas encore ça, heureusement pour toi, car tu n’as connu que la tendresse du monde, que l’amour d’un compagnon, mais surtout la compassion de tes congénères. Oh bien sûr, Habis t’a prouvé qu’ils pouvaient être méchants. Mais même lui, nous ne l’avons pas vu depuis un bon moment. Il t’a promit de te faire souffrir si tu ne lui apportais pas de proies ou de soins, et pourtant où est-il aujourd’hui ? Même lui a fait preuve de pitié. Mais ce loup-là, nous n’avons réellement pas confiance.

La petite louve s’était couchée près du mâle, sans plus faire attention que cela à l’obscurité qui ne cessait de l’envahir. Pourquoi faisait-elle cela ? Pourquoi n’avait-elle pas peur de cette proximité ? Pourquoi ne craignait-elle plus les loups qu’elle approchait ? Tout simplement car grâce à Laliona, elle se sentait réellement en sécurité. En fait, elle avait le sentiment que malgré la distance, malgré le fait qu’ils ne soient pas continuellement ensemble, il ne cessait de l’observer et la protéger de loin. Depuis sa tendre enfance, elle avait considéré ses corbeaux comme ses seuls protecteurs, mais maintenant qu’elle appartenait réellement à un loup, elle se sentait protégée par un congénère. Pour la première fois de sa vie, sans aucun doute. Bien sûr, elle ne savait rien des pensées de celui qui était près d’elle, ni même de son pouvoir, mais elle s’en moquait parfaitement. En fait, elle avait apprit que la chaleur calmait les mœurs, mais surtout la bonté. Elle l’avait découvert grâce à tous ces loups qu’elle avait calmé dans sa vie. C’est sans doute pour cette raison qu’elle voulait suivre la voie de Valkyrie. Etre guérisseuse était le seul objectif qu’elle se devait d’acquérir dorénavant. Protéger les autres, les soigner avec la douceur, mais surtout calmer leur coeur brisé grâce à sa gentillesse … Ouais, elle voulait réellement faire cela. Pour leur prouver que malgré son handicap, elle n’était pas aussi inutile qu’ils pouvaient l’imaginer.

Chaque loup a perdu quelque chose dans sa vie. Elle, en première. Depuis toute jeune, elle avait perdu ses parents. Elle ne savait même pas s’ils étaient encore vivants, ou tout simplement s’ils avaient réellement existé. Bien sûr, elle se souvenait du regard de sa mère durant son départ … Mais elle ne savait rien de son père. Elle ne connaissait même pas son prénom, ni même d’où il venait, ou s’il était encore vivant. Elle ne savait même pas pourquoi ils étaient partis aussi rapidement de sa vie. Avait-elle fait quelque chose de mal ? N’était-elle pas l’enfant dont ils avaient toujours rêvé ? Bien sûr, en grandissant, elle finissait par les comprendre. C’est vrai qu’une loupiotte muette ce n’est pas banal, mais surtout pas du tout facile à vivre. On ne savait jamais ce qu’elle pourrait répondre, mais surtout avoir un monologue n’est jamais simple. Par contre, ce qui était bien avec la petite perle nacrée, c’est que ses yeux sont le reflet de son âme. On devine très rapidement ce qu’elle pense en lisant dans son regard. Si elle est en colère ? On le sait. La tristesse ? Pareil. En fait, chacun de ses sentiments transperce ses pupilles. C’est peut-être cela qui a fait que Laliona s’était ainsi attaché à elle. Elle ne saurait le dire. De toute façon, elle ne changerait pour rien au monde. Aujourd’hui, elle avait accepté son handicap autant qu’elle pouvait le faire et surtout elle appréciait ce qu’elle était devenue. Elle était devenue la gentillesse, la pureté et la bonté à l’état pur. Personne ne pourra jamais le lui enlever.

Ses corbeaux vinrent rapidement se poser au sol, en face du loup noir en le fixant avec des yeux mauvais. La louve blanche pencha la tête sur le côté, ne comprenant pas bien le comportement de ses protecteurs. Ils n’ont jamais été ainsi avec l’un de ses congénères. Alors, elle posa un regard interrogateur sur le noir. Avaient-ils senti quelque chose qu’elle ne voyait pas ? Puis sans hésiter, elle déposa une brève lèche sur le crâne du mâle. Comme de la compassion. Elle sentait son mal être et elle voulait lui faire comprendre qu’il pouvait le partager avec elle, elle ne le jugerait pas. Elle ne jugeait jamais personne. Elle ne ferait jamais ce qu’elle détestait qu’on lui fasse à longueur de temps.
©️ nightgaunt



Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Lun 24 Déc - 20:39
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir
Tu sens de la bave s'écouler le long de tes lèvres pour venir rencontrer le sol, le seul protecteur de cette terre. Tu sens l'appel du sang qui te demande, il te veut. Il veut que tu succombes à tout cela. Il veut que tu te laisses aller. Que tu rencontres le mal. Le mal que la terre porte pour que le bien puisse vivre. Tout est équilibré, et tu dois te laisser aller. Tu le sais. Tu dois aller vers le mal, tu dois connaitre le sang sur tes babines, le sang des loups bons. De tes congénères. Leur mort emportera ta douleur, c'est ce qu'elle t'offre. Elle te délivrera, comme la chasse le fait à ton esprit. Les sentiments sont ce qui te tue. Sans eux, tu es aussi libres que le vent qui se lève. Alors laisse toi aller, te crie le sang. Te crie la bonté de cette louve. Laisse toi aller dans la souffrance et la terreur. Mais pas de toi. De celle de tes proies. Laisse ta souffrance à travers eux, et tu seras délivrer. Ne pense plus à elle, et tu pourras vivre. Cette louve ressemble à ta belle par sa douceur, alors elle sera ta première victime. Tu tueras tous ceux qui lui ressemble. Tous.

Tu laisses un rictus se déployer sur tes lèvres alors que tu observes blanche. Un rire manque de se faire entendre, mais tu le retiens. Tu riras quand la vie la quittera. Sois patient petit loup. Sois patient. Tu sais que la folie s'empare de toi, mais n'est ce pas mieux que la souffrance. Tout est mieux que la souffrance d'une perte. Tu vois la louve qui se rapproche de toi. Tes yeux sont toujours aussi fous, trahissant cette douleur qui s'empare de toi à chaque pensée. Ces pensées que tu veux oublier. Cette louve que tu veux oublier et que le meurtre bannira de ton esprit. Tu sens la louve qui te lape doucement le pelage. En un geste de réconfort. Elle n'a pas peur de toi, à croire que cette louve embrasse son destin. Comme une louve sauvant ses enfants.

Tu t'effondres, perdant la dernière trainée d'assurance que tu avais. Elle ne voudrait pas ça. Elle ne voudrait pas que tu deviennes fou. Elle ne voudrait pas que tu tues des loups. Pas ceux qui font le bien, pas ceux qui sont comme elle. Tu ne peux aps. Tu ne peux pas tuer pour oublier, elle ne le voudrait pas. Tu sens des larmes couler. Tu sens tes yeux se fermer sur le monde qui t'entoure. Tu t'entends pleurer ta belle. Tu t'entends avoir peur de ce que tu pourrais devenir.

- Pardonne-moi... S'il te plait… Je ne voulais pas…. Elle ne voudrait pas...
 
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
Meerly

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an et 11 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangApprenti Guérisseur
PouvoirNature Volatile
PuissanceAile - Obsidienne
Vagabond
Messages : 146
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Lun 14 Jan - 0:10

Quae insania fuit, semper pars animalis vel humani in mundo. Impedit animis sensim sine sexus discrimine vel dolor. Adest pati non salvantem. Non destruit quod illud quod facit totum alium mundum.

Ce loup était étrange. Il paraissait gentil, doux, mais en même temps la folie planait autour de lui, elle le ressentait à chaque instant qu'elle passait avec le mâle. Sa langue rentra dans sa gueule tandis qu'elle restait près de lui. Elle n'arrivait pas à le comprendre. Elle ne le connaissait pas, et pourtant, il lui semblait proche. Son âge ? Elle ne saurait le dire. Son histoire ? Elle ne saurait la deviner. Cependant, elle ne ressentait pas une méchanceté pure. Comme chez Habis ... Elle se souvenait parfaitement de sa rencontre avec ce loup mauvais comme la teigne. Il avait été insultant, violent, dés la première minute. Il lui avait ordonné des choses, l'avait menacé et pourtant elle ne l'avait pas revu. Avait-il voulu jouer d'elle ? Avait-il voulu tester ses limites ? Avait-il senti en elle une pureté que peu de louves possédaient ? Elle ne savait pas. Cependant, elle lui en voulait. Elle lui en voulait réellement. Car à cause de lui, elle ne cessait de faire des cauchemars. Elle ne cessait de voir ce loup noir ouvrant la gueule, la fixant dans les yeux et s'approchant avec méchanceté. Qui était-il ? D'où venait-il ? Est-ce Habis qui se jouait de nouveau d'elle ? Elle ne saurait le dire. Mais un jour, elle arriverait à devenir celle qu'elle avait toujours rêvé d'être : une louve ayant confiance en elle, et qui avait le Destin entre ses pattes. Une louve qui régnerait en maîtresse sur sa vie, souriant avec joie devant les obstacles qu'elle avait pu surmonter.
Soudain, des paroles se firent entendre ainsi qu'un drôle de bruit. La louve plongea son regard dans celui du loup noir, tout en penchant la tête sur le côté. De qui pouvait-il bien parler ? Pourquoi s'excusait-il ? Pourquoi pleurait-il ? Elle ne comprenait absolument pas. Mais surtout, ce qui la surprenait le plus étaient les larmes. Elle n'avait encore jamais réellement vu de loups, mâles, pleurer. Elle n'aurait jamais imaginé cela possible. Elle n'aurait jamais pensé voir cela un jour. Elle ne savait que faire. Devait-elle se méfier ? Devait-elle s'en aller ? Devait-elle tenter de comprendre ? Finalement, la jeune louve blanche, comme la neige, s'approcha du museau du mâle. Elle se coucha en face de lui et passa sa langue sur ses larmes. Elle ne le connaissait pas, mais elle détestait voir ses congénères pleurer. Ils ne devaient pas pleurer, ils ne méritaient pas tant de tristesse. Si elle le pouvait, elle aurait tellement aimé pouvoir avoir le don d'aspirer la souffrance d'autrui, de les guérir ou leur faire oublier le passé. Elle était tellement malheureuse de les voir ainsi. La tristesse, la peine, la souffrance et la mort ne devraient exister sur ce monde. Tout le monde devrait être heureux selon elle. Malheureusement, elle savait parfaitement que ce n'était pas possible.
Finalement, la petite perle se releva et posa un regard empathique sur le mâle. Elle lui adressa un tendre sourire et plongea son regard dans le sien. Tentant de lui faire comprendre qu'elle serait là pour le soulager, même s'ils ne se connaissent pas.



Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Lun 21 Jan - 21:37
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir
Tu ne veux pas devenir un fou devant ceux qui pourtant te regarde sans aucune haine... Tu as tant vécu de haine... De folie... tu ne sais plus discerner le vrai du faux, tes sentiments ne faisant que ce qui les arrange. Tu laisses tes larmes couler comme bon leur semble. Elles font ce qu'elles veulent, et elles fuient -en un déluge que tu ne peux contrôler. Tu ne veux plus les en empêcher. Tu t'en sens incapable, elles voulaient sortir depuis bien trop longtemps, et cette retenue a laissé place à la folie incontrôlable.  

Tu finis pourtant par rouvrir les yeux, sur le monde embrumé par les larmes ayant coulé. Tu observes le monde qui t'entoure, tu revoies cette femelle qui ne dit pas un mot, préférant le silence des lamentations à celui qui pourrait te faire du mal. Elle semble dépourvue de parole, elle est peut être incapable de parler. Tu n'as pas envie d'analyser ce qui pourrait la rendre muette, après tout, tu as failli la tuer, parce que tu sais que si elle ne t'avait pas arrêté, tu l'aurais fait, tout en sachant que lorsque tu serais redevenu toi-même, tu aurais regretté, et tu serais devenu le monstre que tu fuis. Celui qui t'attend derrière l'ombre des arbres.

Tu vois la femelle te fixer en un regard triste et bienveillant. Elle ne te veut pas de mal, et il n'y a pas de mot. Elle garde le silence comme une muette le ferait par obligation. Après tout, elle l'est peut être réellement. Tu poses alors ta tête sur tes pattes avant tout en ne lachant pas le regard de cette louve. Quoi qu'elle veuille faire, qu'elle le fasse.  
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
Meerly

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an et 11 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangApprenti Guérisseur
PouvoirNature Volatile
PuissanceAile - Obsidienne
Vagabond
Messages : 146
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Sam 9 Fév - 17:48


Prijaznost, nežnost in poslastica so večinoma tri besede, povezane z ženskostjo. Tudi občutljivost. Vendar pa se včasih - in na srečo - moški spol lahko opiše kot občutljiv. Včasih se solze na moških obrazih. Nekateri ga bodo opisali kot šibke, druge pa kot čudovite. Vendar večinoma kažejo določeno sočutje v naših vrstnikih.

Spoiler:
 

La petite perle nacrée n'avait pas pour habitude de rencontrer des loups comme celui-ci. Evidemment, physiquement parlant, il était parfaitement conforme aux loups qu'elle rencontrait habituellement. Elle pouvait distinguer son pelage sombre ainsi que ses yeux aux couleurs étranges. Il paraissait plus petit que la moyenne, ou peut-être est-ce la position qu'il prenait qui faisait cela. En réalité, elle avait rencontré beaucoup de loups. Et ils étaient tous autant ordinaires, que différents entre eux. Elle se souvenait de Saeba, ce premier loup brun qu'elle avait rencontré. Il paraissait empli d'une haine qu'elle ne comprenait pas. Mais il avait disparu ... C'était dommage d'ailleurs. Car elle aurait apprécié de pouvoir le connaître davantage, de pouvoir le comprendre. Mais maintenant, elle se rendait compte que les rencontres pouvaient demeurer être des rencontres. Certains loups pénétraient votre esprit pour y rester, tandis que d'autres partaient aussi vite qu'ils étaient venus. Elle se rappelait d'Habis aussi. Ce loup à la méchanceté gratuite qui avait voulu se jouer d'elle. Se souvenait-il d'elle d'ailleurs ? Se souvenait-il du pacte qu'ils avaient faits, malgré elle ? Elle se le demandait. Mais elle en était bien heureuse. Au moins, il ne venait plus l'embêter. Mais ceux dont elle se souviendrait toute sa vie seraient sans doute Valkyrie et Laliona. Grâce à eux, elle grandissait mais surtout elle devenait la louve qu'elle avait toujours rêvé d'être. L'une lui apprenait à grandir et soigner les autres, l'autre lui apprenait l'amour et l'autonomie. Ils étaient ses évidences.
Les larmes ne cessaient de couler sur les joues du mâle et la douleur ne cessait de grandir dans le coeur de la femelle. Elle ne savait où se mettre, que penser, mais surtout que faire. Malheureusement, elle ne pouvait le réconforter verbalement. Mais dans un sens, elle avait le sentiment que ce serait insuffisant. Comme si les paroles ne pouvaient remplacer la douleur qu'il pouvait avoir en lui. Qu'avait-il vécu ? Quels étaient ses sentiments ? Pourquoi se sentait-il si triste ? Etait-il réellement seul ? N'avait-il personne pour le réconforter ? Tant de questions qui ne cessaient de grandir dans son esprit tandis qu'elle laissait son regard glisser autour d'elle, pour ensuite revenir sur le loup. Elle ne comprenait pas. Elle n'osait comprendre. Aurait-elle les épaules pour supporter toute cette douleur ? Se sentait-elle réellement capable de consoler un tel loup ? Pourtant, c'est exactement ce qu'elle voulait faire de sa vie, non ? Elle voulait aider les autres, les soigner, les rendre heureux, mais surtout faire en sorte qu'ils soient aptes à survivre dignement. Mais il semblait si mal ... Un petit soupir passa ses babines. Pas un soupir de mécontentement, ni de lassitude, mais surtout de désespoir et de remord. Elle s'en voulait tellement de ne savoir que faire. Elle s'en voulait de ne pouvoir prononcer un seul mot. Elle s'en voulait de ne pas pouvoir le rendre heureux.
Finalement, la petite femelle céda à la tentation. Elle se leva timidement et vint s'allonger tout près du mâle. Là, elle enroula sa queue autour de l'arrière train de celui-ci, colla son corps au sien et déposa sa tête sur sa nuque, en fermant les yeux. Comme si elle voulait lui transmettre sa joie de vivre, sa chaleur et son amour. Elle ne le connaissait pas, mais elle voulait qu'il se sente entouré, et comprit.



Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Jeu 14 Fév - 19:51
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir
Le silence reste pesant, les oiseaux eux-mêmes se sont tus. Ils vous écoutent, ou plutôt vous observent  et ne disent rien pour ne pas en perdre une miette. Tu aurai envie d'être l'un d'eux. Eux au moins, peuvent voler pour échapper à tout ce qui pourrait se passer dans ce monde. Eux au moins, ils peuvent être libre. C'est plus difficile pour toi. Sans cesse, tu penses à elle, tu ne peux faire que ça de toutes tes journées. Sans cesse, tes pensées tournent vers elle. Sans cesse ton esprit zig zag entre ta gentillesse et ta folie. Tu ne sais plus où te situer. Tu ne sais plus si tu dois te libérer en oubliant, ou si tu dois te rappeler en souffrant. Tu ne sais plus rien discerner. Tout est similaire.

C'est alors que tu vois la louve aussi blanche que la neige qui doit bientôt tomber s'approcher de toi pour poser sa queue sur ton arrière train et sa tête sur ta nuque. Une larme t'échappe, mais les autres ne coulent plus. Tu laisses juste le temps passer lorsque la souffrance semble être emprisonnée dans un autre lieu. Seule, te laissant vivre comme tu aurais du vivre avec elle. Elle te laisse libre. Le monde te semble alors plus clair, plus tranquille. Paisible. Alors tu laisses le souffle silencieux de la louve te bercer. Tu te retrouves même à fermer les yeux sur le monde qui t'entoure, faisant correspondre ta respiration à la sienne. Tu la suis sans te poser de questions.  
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Vagabond
Meerly

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge1 an et 11 mois
SexeFemelle
MeuteVagabond
RangApprenti Guérisseur
PouvoirNature Volatile
PuissanceAile - Obsidienne
Vagabond
Messages : 146
Feux Follets : 36
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Ven 15 Fév - 22:43


Stuðningur í pakka er mjög mikilvægt. En það er svo miklu meira með vagrants. Reyndar, þegar úlfar eru einir, eiga þeir miklu meiri vandræði að komast út úr þeim vandamálum sem þau eru, en sérstaklega í aðstæðum sem þeir finna óyfirstíganlegar. Svo, já, þeir þurfa stuðning þeirra, þannig að þeir munu ekki lengur líða einn eða yfirgefin af öllum.

Spoiler:
 

C'est étrange comme ce loup lui permettait de comprendre petit à petit que sa voie était réellement celle de Guérisseuse. Depuis toute petite, elle appréciait tout particulièrement de pouvoir aider les autres, leur rendre service, mais surtout leur offrir le sourire qu'ils recherchent dans la noirceur de leur vie. Bien sûr, au fil du temps, elle s'était rendue compte que toutes les âmes n'étaient pas pareilles. Qu'elles avaient toutes une différence. Mais surtout, tous les coeurs sont compliqués à soulager. Certains sont envahis de noirceur, de haine et de ténèbres. Ceux-là, elle avait apprit à les éviter, ou à y pénétrer avec délicatesse. Elle venait sensiblement caresser les murailles de ce ventricule avec le museau pour finalement y taper et demander la permission d'y entrer. Parfois, elle attendait plusieurs heures, plusieurs minutes et finalement, la porte s'ouvrait. Là, elle entrait avec gentillesse, elle regardait autour d'elle pour découvrir le monde de son hôte. Puis, elle laissait sa peine venir caresser son pelage et entrer dans son âme. Elle avait eu peur au départ, elle avait eu du mal, puis elle s'était rendue compte qu'elle appréciait ce sentiment d'aider les autres. Mais surtout, elle adorait voir les loups sourire après sa visite, la remercier du regard et lui accorder leur confiance. Mais ce qu'elle adorait le plus : les revoir par la suite sans doute. Elle aimait se rendre compte du bien fait qu'elle avait pu produire chez eux. Elle était née pour cela, réellement.
Ce loup était différent des autres. Son monde semblait complètement envahi d'une noirceur qu'elle ne connaissait pas encore. Mais surtout, en voulant pénétrer dans son coeur, elle s'était rendue compte que les Ténèbres l'attendait à la porte. Un monstre au regard sombre la pointait du doigt tandis qu'elle posait ses pattes sur le seuil. C'est pourquoi elle s'est collée à l'hôte. En réalité, elle ne connaissait rien de ce loup, mais en étant ainsi avec lui, elle avait le sentiment de le découvrir petit à petit. Elle découvrait sa tristesse, tous les sentiments négatifs qu'il portait en lui et elle voulait lentement les transporter en elle. Subtilement, les faire entrer en elle pour ensuite les faire disparaître. Bien sûr, elle se savait normalement constituée. Bien sûr, elle savait parfaitement que tout cela n'était pas son pouvoir. Mais au fil du temps, elle s'était rendue compte que sa cécité avait fait en sorte qu'elle devine les choses, qu'elle ressente autrement les sentiments des autres. Alors, oui, sans même connaître ce loup, elle avait deviné son malaise, sa détresse sentimentale, elle avait donc décidé de s'en servir. Furtivement, elle avait jeté un regard derrière elle. Personne. Il n'y avait aucun loup auprès d'eux et, elle en était heureuse. Car ainsi, il pourrait se confier à elle. Evidemment, elle ne pourrait répondre, mais elle s'en moquait. Car même sans parler, elle voyait le bien fait qu'elle pouvait faire autour d'elle.
Finalement, la petite perle nacrée eut une idée. Elle se leva rapidement et courut, disparaissant derrière un buisson. Pendant quelques temps, elle renifla le sol, elle chercha. Mais elle savait parfaitement ce qu'elle cherchait. Et quand elle tomba exactement dessus, elle eut un petit sourire satisfait. Ainsi, elle creusa le sol et récupéra la carcasse de lièvre que Laliona avait chassé pour elle il y a quelques temps. Elle le prit dans sa gueule, le secoua légèrement pour lui enlever la terre présente. Ensuite, elle reparti en courant vers le loup brun. Là, elle déposa la carcasse devant sa gueule. Puis finalement, elle s'assit enfin en face de lui, avec un petit sourire compatissant.



Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire - Vagabond
Tsadkiel

Fiche du Loup
État de Santé: Très Bon
Santé:
100/100  (100/100)
Loup:
LoupDescription
Âge5 ans
SexeMâle
MeuteVagabond
RangMercenaire
PouvoirVoyageur de l'Infini
PuissancePlume - Argent
Mercenaire - Vagabond
Messages : 43
Feux Follets : 22
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent Jeu 28 Fév - 19:21
Tu es l'ombre d'un souvenir
Je suis ton souvenir
Le fait de te laisser ainsi aller te parait bizarre. A vrai dire, c'est la première fois depuis qu'elle est morte. Tu as toujours été crispé, et jamais tu n'as remis ta confiance en qui que ce soit. Tu t'es toujorus mis à hair au lieu d'essayer de comprendre ce qui t'entourait. Tu as choisi la solitude au lieu du soutien que les autres pouvaient t'apporter. Pourtant, tu ne pensais pas mal faire. Tu ne voulais plus connaitre la souffrance. Tu voulais te protéger parce que tu savais très bien que les divinités étaient contre toi, et qu'elles ne voulaient que ton mal. Sinon elles n'auraient pas tué ta belle. Ta belle serait encore en vie si les divinités n'étaient pas contre toi. En fait, tu es quasiment certain qu'elles te font payer ce que ta famille et la sienne sont. Elles te font payer leurs erreurs, bien nombreuses. Elles te font payer leur haine entre elles. Leurs guerres. Tu es l'exemple. Tu es celui qui montrera l'exemple en subissant leur haine.

Tu grognes doucement en pensant à tout cela, mais tu ne bouges pas. Habituellement, tu aurais changé de position ou tu serais parti, mais là, tu restes ou tu es, en callant ta respiration à celle de cette louve blanche. Tu te contentes de vivre le moment, ce moment où le monde est enfin calme, sans guerre, sans fuite, sans solitude même si le silence n'est que très présent dans ce lieu. C'est à ce moment que tu entends la louve se relever. Veut-elle partir ? Elle en a déjà bien fait assez, surtout que tu voulais la tuer tout à l'heure. Tu voulais lui faire payer les souffrances avec lesquelles elle n'est pas liée. Tu ouvres les yeux pour observer la douce femelle au pelage immaculé. Tu la vois chercher non loin d'ici quelque chose. Mais tu ne te lèves pas pour la rejoindre et comprendre, tu ne veux pas la brusquer. Tu attends alors qu'elle juge que le moment de revenir est arrivé.

Tu rouvres les yeux que tu avais refermé quand le doux fumet d'un lapin te parvient. Tu observes la femelle poser un lapin devant toi, alors qu'elle s'assoie non loin tout en t'offrant un sourire. Tu lui murmures un merci avant de prendre une bouchée de cette viande que tu n'avais pas goutée depuis plusieurs jours. Après la troisième bouchée, tu te lèves en prenant la proie dans la gueule pour la remettre devant les pattes de la femelle. Le moment de partir est venu. Le fait de la laisser seule et en paix sera son cadeau. Il vaut mieux que personne n'ai à te supporter. Alors tu lui offres un grand sourire de remerciement avant de lui dire.

- Je te remercie énormément pour le bien que tu m'as offert, mais il est temps pour moi de te laisser jeune louve. Je te souhaite une belle vie, tu l'as mérites.
lightning power 018




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Laisse les oiseaux chanter autour de toi. Ils t'appellent
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Hope is Dead : Lithium Elfensen & Vlad Siegfrey VS Dimitri Vladof
» Oiseaux de Mauvais Augures pour le Gouvernement
» Réflexion autour d'un repas [PV]
» Juste une dernière fois... Laisse-moi voir ton sourire. - Flash Back {Emmy ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryûtora :: RP-
Sauter vers: